On June 23rd 2019, the InterPlus Sharing held in Biel/Bienne talked about the topic “Realms of Grace” (World Scripture pg. 207).

 

Heaven

 

Conceptions of heaven and hell are found universally among the religions of the world. Descriptions of these abodes are often full of graphic and fanciful imagery, conveying in metaphor a reality that can hardly be part of the ordinary experience of mortals. Are these realms objectively real? The scriptures are unanimous in affirming they are. Yet they do not have any physical location: “up” or “down” is a matter of spiritual geography, not of astronomy or geology. The view found in some texts, that heaven or hell is derived from one’s state of mind, does not make it any less real. For the attitudes and desires of people’s hearts, which may be hidden by the external features of mortal life, constitute the spirit world’s “matter.”

            The world’s scriptures describe heaven as a place of rest, or as an exalted spiritual state, full of divine grace, whose inhabitants live in communion with God and in harmony with one another. a number of texts describe it as a place of fellowship with the spirits of the departed or a fellowship of saints. There are also descriptions using more graphic and materialistic imagery: gardens of delights, with riches and pleasures abounding. Father Moon’s colorful descriptions of heaven are in agreement with these themes of scripture. What’s more, he adds a distinctive note, affirming that heaven is also a place where families dwell together, enjoying perfect love.

            We conclude with visions or tours of heaven: a Buddhist description of the pure Land, Muhammad’s night Journey through the seven heavens, an Iroquois native American journey in the code of handsome Lake, as well as Father Moon’s own descriptions. They describe a paradisiacal existence, a world of eternal youth and health where every wish is granted, where the senses are flooded with vibrant colors and melodious music.

 

  1. Realms of Grace

 

No one who does good deeds will ever come to a bad end, either here or in the world to come. When such people die, they go to other realms where the righteous live.

Bhagavad-Gita 6.40-41 (Hinduism)

 

Those who have faith and do righteous deeds, they are the best of creatures. Their reward is with God: Gardens of Eternity, beneath which rivers flow; they will dwell therein for ever; God well pleased with them, and they with Him; all this for such as fear their Lord and Cherisher.

Qur’an 98.7-8

 

Rabbi Joseph... was ill and fell into a coma. When he recovered, his father asked him, “What did you see?” He replied, “I beheld a world the reverse of this one; those who are on top here were below there, and vice versa.” He said to him, “My son, you have seen a corrected world.”

Talmud, Pesahim 50a (Judaism)

 

Not like this world is the World to Come. In the World to Come there is neither eating nor drinking, nor procreation of children or business transactions, no envy or hatred or rivalry; but the righteous sit enthroned, their crowns on their heads, and feast on the radiance of the Divine Splendor (Shekhinah).

Talmud, Berakot 17a (Judaism)

 

To the highest regions, in due order, to those regions where there is no delusion, and to those regions which are full of light where the glorious gods dwell—who have long life, great power, great luster, can change their shape at will, are beautiful as on their first day, and have the brilliance of many suns—to such places go those who are trained in self-control and penance, both monks and householders who have obtained liberation by absence of passion.

Uttaradhyayana Sutra 5.26-28 (Jainism)

 

Higher than all stands the Realm of Grace—

None can have access there except heroes of supreme might,

Inspired by God-consciousness.

In that sphere abide numberless heroines like Sita of surpassing praise

And beauty indescribable.

Those to God united suffer neither mortality nor delusion.

In that sphere abide devotees assembled from the various universes,

Cherishing the holy Eternal ever in their hearts. In everlasting bliss.

The formless Supreme Being abides in the Realm of Eternity.

Over His creation He casts His glance of grace.

In that realm are contained all the continents and universes,

Exceeding in number all count.

Of creation, worlds upon worlds abide therein—

All obedient to His Will;

He watches over them in bliss,

And has each constantly in mind.

Said Nanak, Such is that realm’s [glory] that to try to describe it is to attempt the impossible.

Adi Granth, Japuji 37 M.1, p. 8 (Sikhism)

 

Teachings of Sun Myung Moon

 

How is heaven—the spirit world where God resides—organized? Its ordering principle is simple. No one who lived a self-centered life can be admitted to Paradise or the heavenly spheres. Heaven is the dwelling-place of people who lived for the sake of the whole.

            You may not have experienced the spirit world, but by the grace of God, I experienced the richness of that world. If you enter heaven, you will not find a single person who lived for him or herself. Its citizens are all people who lived for God and humanity. (77:189, April 6, 1975)

 

Heaven is an ideal realm centered on God; it is a place where everything moves to the rhythm of God’s love, tuned to its frequency. Therefore, unless we prepare on earth the appropriate elements that can tune to God’s frequency, we will not be able to harmonize with the beings in that world. For this purpose, while on earth we should perfect three different kinds of love: children’s love, conjugal love and parental love.17 (19:335, March 29, 1968)

 

Heaven begins from a heart that overcomes the world. Although heaven may exist all around us, if our own mind is evil we cannot perceive it, we cannot be harmonized with it, and it would be meaningless to us. Therefore, the basis for receiving the Kingdom of Heaven is not the environment, but I, myself. The pillar for maintaining the Kingdom of Heaven is not my circumstances, but my own heart. (46:24, July 18, 1971)

 

In the Kingdom of Heaven you will see green grass everywhere. There are mountains, lakes and prairies. Birds sing, flowers bloom in profusion, and animals play happily together. The air is fresh and filled with fragrances like lilac. Bright light shines throughout, more beautiful than diamond and clear as crystal. Just standing there makes you feel comfortable and refreshed. You are naturally filled with feelings of love and happiness. Unlike in earthy life where happiness comes and goes, in heaven you feel happy continually.

            In the Kingdom of Heaven there is no anxiety or suffering. All the spirits have bright and peaceful expressions; they naturally care for each other without needing to say a word. There is no fighting, no fallen nature of jealousy, hate or arrogance. Everyone is filled only with true love and lives for the sake of others. (Heung Jin Moon, Message from the Spirit World, January 1, 2002)

 

--------------------------------------

 

Le Ciel

 

Les conceptions du ciel et de l'enfer se retrouvent universellement dans les religions du monde. Les descriptions de ces demeures sont souvent pleines d'images graphiques et fantaisistes, traduisant dans une métaphore une réalité qui ne fait que difficilement partie de l'expérience ordinaire des mortels. Ces royaumes sont-ils objectivement réels ? Les Ecritures sont unanimes pour l'affirmer. Pourtant, ils n’ont pas d’emplacement physique : « haut » ou « bas » relève de la géographie spirituelle et non de l’astronomie ou de la géologie. Le point de vue trouvé dans certains textes, selon lequel le Ciel ou l’enfer découlent de l’état d’esprit, ne les rendent pas moins réels. En effet, les attitudes et les désirs du cœur des gens, que les propriétés extérieures de la vie mortelle peuvent cacher, constituent la « matière » du monde spirituel.

            Les Écritures du monde décrivent le ciel comme un lieu de repos ou un état spirituel exalté, plein de grâce divine, dont les habitants vivent en communion avec Dieu et en harmonie les uns avec les autres. Un certain nombre de textes le décrivent comme un lieu de camaraderie avec les esprits des défunts ou une communion de saints. Il existe également des descriptions utilisant des images plus graphiques et matérialistes : des jardins de délices, pleins de richesses et de plaisirs. Les descriptions colorées du ciel de Sun Myung Moon sont en accord avec ces thèmes des Écritures. De plus, il ajoute une note distinctive, affirmant que le Ciel est aussi un lieu où les familles habitent ensemble, profitant d’un amour parfait.

            Nous concluons par des visions ou des tours du Ciel : une description bouddhiste de la Terre pure, La nuit de Mahomet dans les sept cieux, un voyage des Iroquois de nationalité américaine dans le code du beau lac, ainsi que les propres descriptions de Sun Myung Moon. Ils décrivent une existence paradisiaque, un monde de jeunesse et de santé éternelles où chaque souhait est exaucé, où les sens sont inondés de couleurs ardentes et d'une musique mélodieuse.

 

  1. Les sphères de grâce

 

Personne ne finira jamais mal en faisant de bonnes actions ici ou dans le monde à venir. Quand de telles personnes meurent, elles vont dans d'autres sphères où vivent les justes.

Bhagavad-Gita 6.40-41 (Hindouisme)

 

Ceux qui ont la foi et font de bonnes actions sont les meilleures créatures. Leur récompense est avec Dieu : des jardins d'éternité, au-dessous desquels coulent des rivières ; ils y demeureront pour toujours ; Dieu aime être avec eux, et eux avec lui ; tout cela pour ceux qui craignent leur Seigneur et Bien-aimé.

Coran 98.7-8

 

Rabbi Joseph ... malade, tomba dans le coma. Quand il se rétablit, son père lui demanda : « Qu'as-tu vu ? » Il répondit : « J’ai vu un monde à l'inverse de celui-ci ; ceux qui sont au sommet ici étaient en bas là-bas et vice-versa. » Il lui dit : « Mon fils, tu as vu un monde corrigé. »

Talmud, Pesahim 50a (judaïsme)

 

Pas comme ce monde est le monde à venir. Dans le monde à venir, il n’y a ni nourriture ni boisson, ni procréation d’enfants ni transactions commerciales, pas d’envie, de haine ou de rivalité ; mais les justes sont assis sur le trône, leurs couronnes sur la tête, et ils se régalent du rayonnement de la splendeur divine (Shekhinah).

Talmud, Berakot 17a (judaïsme)

 

Dans les régions les plus hautes, dans l’ordre, dans les régions où il n'y a pas d'illusion, et dans les régions pleines de lumière où les dieux glorieux habitent - qui ont une longue vie, une grande puissance, un grand lustre, peuvent changer de forme à volonté , sont beaux comme au premier jour et ont l’éclat de nombreux soleils – c’est là que vont ceux qui sont entraînés au contrôle de soi et à la pénitence, tant les moines que les chefs de maison qui ont obtenu la libération grâce à l’absence de passion.

Sutra Uttaradhyayana 5.26-28 (jaïnisme)

 

Plus haut que tout, la sphère de la grâce –

Nul ne peut y avoir accès, à l'exception des héros de puissance suprême,

Inspirés par la conscience de Dieu.

Dans cette sphère, règnent d'innombrables héroïnes, telles que Sita, qui surpassent les louanges

Et la beauté indescriptible.

Ceux qui sont unis à Dieu ne subissent ni mortalité ni illusion.

Dans cette sphère, les fidèles rassemblés dans les divers univers,

Chérissent toujours le saint Éternel dans leurs cœurs.

Dans le bonheur éternel.

L'être suprême sans forme réside dans le royaume de l'éternité.

Sur sa création, il jette un regard de grâce.

Dans ce royaume sont contenus tous les continents et univers,

Dépassant en nombre tous les comptes.

De la création, toutes sortes de mondes demeurent :

Tous obéissant à sa volonté ;

Il veille sur eux dans le bonheur,

Et a chacun constamment à l'esprit.

Dit Nanak, La gloire de ce royaume est telle que tenter de le décrire revient à tenter l’impossible.

Adi Granth, Japuji 37 M.1, p. 8 (sikhisme)

 

Enseignements de Sun Myung Moon

 

Comment le ciel - le monde spirituel où réside Dieu - est-il organisé ? Son principe de commande est simple. Aucune personne ayant vécu à une vie égoïste ne peut être admise au paradis ou dans les sphères célestes. Le ciel est la demeure des gens qui ont vécu pour le bien de tous.

            Vous n'avez peut-être pas fait l’expérience du monde spirituel, mais par la grâce de Dieu, j'ai expérimenté la richesse de ce monde. Si vous entrez au Ciel, vous ne trouverez pas une seule personne qui ait vécu pour elle-même. Ses citoyens sont tous des gens qui ont vécu pour Dieu et pour l'humanité. (77: 189, 6 avril 1975)

 

Le ciel est un royaume idéal centré sur Dieu ; c’est un lieu où tout se meut au rythme de l’amour de Dieu, à l’écoute de sa fréquence. Par conséquent, à moins de préparer sur terre les éléments appropriés qui peuvent s'accorder avec la fréquence de Dieu, nous ne pourrons pas nous harmoniser avec les êtres de ce monde. Pour cela, nous devrions perfectionner trois types d’amour différents : l’amour des enfants, l’amour conjugal et l’amour des parents. (19: 335, 29 mars 1968)

 

Le Ciel commence par un cœur qui triomphe du monde. Bien que le ciel existe tout autour de nous, si notre propre esprit est mauvais, nous ne pouvons pas le percevoir, ni nous harmoniser avec lui et il ne représente rien pour nous. Par conséquent, la base pour recevoir le Royaume des Cieux n'est pas l'environnement, mais moi-même. Le pilier pour le maintien du royaume des cieux n'est pas ma situation, mais mon propre cœur. (46:24, 18 juillet 1971)

 

Dans le royaume des cieux, vous verrez de l'herbe verte partout. Il y a des montagnes, des lacs et des prairies. Les oiseaux chantent, les fleurs s'épanouissent à profusion et les animaux jouent bien ensemble. L'air est frais et empli de parfums comme le lilas. Une lumière vive brille partout, plus belle que le diamant et claire comme le cristal. Juste d’y être debout, on se sent à l'aise et rafraîchi. On est naturellement empli de sentiments d'amour et de bonheur. Contrairement à la vie terrestre où le bonheur va et vient, au ciel, on se sent toujours heureux.

            Dans le royaume des cieux, il n’y a ni angoisse ni souffrance. Tous les esprits paraissent étincelants et pacifiques ; ils se soucient naturellement les uns des autres sans avoir besoin de dire un mot. Il n’y a pas de combat, pas de nature déchue comme la jalousie, la haine ou l’arrogance. Tout le monde n'est empli que d’amour vrai et vit pour autrui. (Heung Jin Moon, Message du monde des esprits, 1er janvier 2002)