On April 28th and May 5th 2019, the InterPlus Sharing held in Biel/Bienne talked about the topic “The Second Birth” (World Scripture pg. 195).

 

The Passage Beyond

 

At the Moment of Death, the passage into the next Life is a nearly impenetrable mystery. Published accounts of near-death experiences by people who have been resuscitated from clinical death may give a clue. They report passing through a tunnel into another world, meeting a being of light, and feeling great warmth and accepting love. While these people did not, by definition, die, they may have experienced the first stage of the passage. Who can know how it ends?

            What can be known with some certainty is that there is survival after death. In fact, many people who die do not at first realize that they are dead, as they continue to experience themselves as conscious, sentient beings.

            Physical death is but a transition to a higher stage of existence. it is the putting on of a new body, like the metamorphosis of a caterpillar into a butterfly. Father Moon calls it a second birth, by analogy to the birth of an infant who must leave the comfortable world of the womb. As the womb nourished the fetus until birth, when it is destroyed and the baby leaves it for life on the earth, the physical body nourishes the soul until death, when it expires and the soul departs for life in the spirit world. Hence there are three stages of life: in the water-world of the womb, in the air-world of earthly existence, and in the spirit world where we breathe an atmosphere of love.

            Therefore, death is not something to be feared. On the other side it is celebrated as the soul’s birthday. The chief issue is whether we have adequately prepared our soul with the spiritual faculties to exist comfortably in that world. There, nothing matters but one’s ability to love.

 

  1. The Second Birth

 

For this perishable nature must put on the imperishable, and this mortal nature must put on immortality. When the perishable puts on the imperishable, and the mortal puts on immortality, then shall come to pass the saying that is written:

 

“Death is swallowed up in victory.”

“O death, where is thy victory?

O death, where is thy sting?”

1 Corinthians 15.53-55

 

One who identifies himself with his soul regards bodily transmigration of his soul at death fearlessly, like changing one cloth for another.

Pujyapada, Samadhishataka 77 (Jainism)

 

Look upon life as a swelling tumor, a protruding goiter, and upon death as the draining of a sore or the bursting of a boil.

Chuang Tzu 6 (Taoism)

 

Have you seen the seed which you emit?

Is it you who create it, or are We the Creator?

We have decreed death to be your common lot,

and We are not to be frustrated from changing your forms

and creating you again in forms that you know not.

And you certainly know already the first form of creation:

Why then do you not celebrate His praises?

Qur’an 56.58-62

 

There is birth, there is death, there is issuing forth, there is entering in. That through which one passes in and out without seeing its form— that is the Portal of God.

Chuang Tzu 23 (Taoism)

 

The world beyond is as different from this world as this world is different from that of the child while still in the womb of its mother. When the soul attains the Presence of God, it will assume the form that best befits its immortality and is worthy of its celestial habitation.

            Gleanings from the Writings of Bahá’u’lláh 81 (Baha’i Faith)

 

The silver cord is snapped, or the golden bowl is broken, or the pitcher is broken at the fountain, or the wheel broken at the cistern, and the dust returns to the earth as it was, and the spirit returns to God who gave it.

Ecclesiastes 12.6-7

 

As a man passes from dream to wakefulness, so does he pass from this life to the next.

            When a man is about to die, the subtle body, mounted by the intelligent self, groans— as a heavily laden cart groans under its burden.

            When his body becomes thin through old age or disease, the dying man separates himself from his limbs, even as a mango or a fig or a banyan fruit separates itself from its stalk, and by the same way that he came he hastens to his new abode, and there assumes another body, in which to begin a new life.

            When his body grows weak and he becomes apparently unconscious, the dying man gathers his senses about him and, completely withdrawing their powers, descends into his heart. No more does he see form or color without.

            He neither sees, nor smells, nor tastes. He does not speak, he does not hear. He does not think, he does not know. For all the organs, detaching themselves from his physical body, unite with his subtle body. Then the point of his heart, where the nerves join, is lighted by the light of the Self, and by that light he departs either through the eye, or through the gate of the skull, or through some other aperture of the body. When he thus departs, life departs; and when life departs, all the functions of the vital principle depart. The Self remains conscious, and, conscious, the dying man goes to his abode. The deeds of this life, and the impressions they leave behind, follow him.

            As a caterpillar, having reached the end of a blade of grass, takes hold of another blade and draws itself to it, so the Self, having left behind it [a body] unconscious, takes hold of another body and draws himself to it.

            As a goldsmith, taking an old gold ornament, molds it into another, newer and more beautiful, so the Self, having given up the body and left it unconscious, takes on a new and better form, either that of the Fathers, or that of the Celestial Singers, or that of the gods, or that of other beings, heavenly or earthly.

Brihadaranyaka Upanishad 4.3.34-4.4.4 (Hinduism)

 

Teachings of Sun Myung Moon

 

It is natural to want to resemble God, and for God to want His children to resemble Him. Therefore, there should be a way for God to bring us to where He is. It is inevitable that humans should be reborn as beings that resemble God. Both God and human beings look forward to that day of our rebirth. How does that happen? Through death.

            Then, shouldn’t human beings welcome death? We die to experience God’s true love. Discarding the physical body enables us to participate in the infinite realm of God’s activity, and contribute to the world of God’s love.

            Death is to be born in the midst of God’s love! Yet earthly people grieve over death. Does this make God laugh or cry? You should understand that death is the moment of your second birth. It is a joyful moment when you leave the finite realm of love and enter the infinite realm of love.

            On which day is God happier, the day of your physical birth or the day when you are born as God’s son or daughter to live and love in the infinite world? Why am I saying this? Unless you are liberated from the fear of death, you cannot establish a relationship with God. (116:172, January 1, 1982)

 

Humans grow through three stages: formation, growth and completion. Likewise, they pass through three different worlds: the water world where they float in the mother’s womb, the earth world where they walk, and the air world where they can fly. Hence, we live three lives: 10 months in the womb, 100 years of life on earth, and eternal life in the spirit world. (297:257, December 19, 1998)

 

While in the womb you breathed through the umbilical cord. Meanwhile, your nostrils, a pipeline to the air, were being prepared so that you could breathe after you were born into the physical world. Likewise, while you live in the earthly world, what should you do to prepare for the next? You should experience love. You should breathe the ‘air’ of love from your father and mother. As you grow, you should pass through all the stages of love as a sibling, husband and wife, parent and grandparent.

            The moment you were born, your life was destined to end. When it does, the body will be dissolved. Then, just as you were born as an infant, on the day you die you will experience a new birth as an infant.

            What happens in that birth? You are pushed out of the world of the second womb and connected to the breathing organ for your third life, to breathe love. You are pushed out of the womb, a world where you experienced the love of your parents and siblings, to enter a new world of love where you will harmonize with the original Being, the God of the great universe.

            The spirit world is filled with the air of love. The air of love! That is why, while you live on earth, you should be installing that pipeline you will depend upon to breathe love. Know that if you have spiritual experiences and feel spiritual love—if you are able to breathe the air of love—you shall not die. (139:213-14, January 31, 1986)

 

We cannot remember how difficult it was for our mother to give birth to us. Why did God make birthing so difficult? Why isn’t it as easy as speaking or eating? The reason why God made giving birth a life-risking experience for the mother is because He wants her to see His radiant love.

            In electricity, there is something called a current spike. The instant a switch is turned on, a twenty or thirty-fold burst of electricity flows through the circuit. By the same token, the moment when human beings are desperate, they generate an explosive amount of energy. A mother gives birth a death-like state with her eyes popping out, as if heaven and earth were being destroyed. Then the baby utters its first loud cry, and her eyes open wide; she totally forgets her pain. Having given birth in such pain, the mother naturally loves her child more than anything.

            How difficult is it to be born? The amniotic sack that was our home breaks. The placenta that had nourished us is cast off. Yet these events are not disastrous; they are rather fortunate, for the sake of our happiness. Yet we do not realize that it was a new beginning of life until after the birth was over...

            Again the time comes, after living our earthly life, to kick away from this physical plane and depart for a new world. Nevertheless, as a fetus does not want to leave the safety of its mother’s womb, we would rather continue to live on earth. We do not want to die. Death comes, and once again we go through a big tumult.

            Yet we will be born into the spirit world, an infinite world. We will escape from the bounds of time and space, able to travel instantly from one end of the spirit world to the other, faster than the speed of light. (107:42, January 20, 1980)

 

On the day of your birth the umbilical cord, the lifeline that was linked to your bellybutton, had to be severed. Likewise, in the world of air, the spirit self is attached to the body and sucks nutrition from it like a fetus on its placenta. There comes a day when the physical body becomes too old to feed it, and it leaves it behind...

            The fetus that experiences momentary pain as it emerges from its mother’s womb grows to become the object of its parents’ love. In the same way, our spirit self must leave behind our crying physical body in order to be born anew as the object partner of God, who is the eternal Spirit.

            On earth, the baby can grow up to become the friend of its father and mother because it was born into the physical world where it can share love with them. Before that, it was merely a fetus swimming around the mother’s womb. In the same way, life on earth is breathing and living in the swaddling clothes of air... After our second birth into the spirit world, we will share love with God our Parent, who provides our spiritual link with the infinite world. (297:258-59, December 19, 1998)

 

Once you enter the spirit world, you breathe through the cells of the fontanel located on the top of the head. The atmosphere in the spirit world is not earthly air; it is love. We breathe the elements of love.

            Even while living on earth, it is not enough for us to eat food and drink water. Our earthly existence is only a shadow of our true self. Therefore, we should use this short time to cultivate a loving character. More than anything else, what we need during earthly life is love. We pity orphans, who have no parents to love them, because they do not receive the love that can connect them to the eternal spirit world. People without love are lonely, and we pity the single person who lives without a life companion.

            At death, we lose the organs of the body through which we breathed during our second life. Yet it is necessary that one day we should be released from the body, that we might inherit the elements of love, which are invisible. Therefore, during earthly life we should prepare for the day of death by cultivating our inner self; this is done through experiencing children’s love, sibling’s love, conjugal love and parental love.

            As a fetus in the womb grows healthy and strong in accordance with natural principles, people should grow well on earth by living in accordance with God’s law. Therefore, we should never live a casual lifestyle. (297:260, December 19, 1998)

 

Consider a dragonfly. First it swims in the water as a larva, next it crawls on the land for a short time, and then it flies, catching prey on the wing. It is an existence it could never imagine when it was a larva. Yet as it flies around, the entire world is its stage...

            Why don’t human beings, who are the lords of all creation, have wings? Is it enough that people live limited to the earth? Actually, we have higher-dimensional wings. Once you die and shed your physical body, you will fly. Death is a happy, joyful gate to the second birth. (297:261-62, December 19, 1998)

 

--------------------------------------

 

Le passage dans l’au-delà

 

Au moment de la mort, le passage dans la prochaine vie est un mystère presque impénétrable. Les comptes rendus publiés d'expériences de mort imminente par des personnes ressuscitées après un décès clinique peuvent donner un indice. Ils racontent passer par un tunnel dans un autre monde, rencontrer un être de lumière, ressentir une grande chaleur et accepter l'amour. Bien que ces personnes ne soient pas, par définition, décédées, elles ont peut-être vécu la première étape du passage. Qui peut savoir comment ça se termine ?

            Ce qu'on peut savoir avec certitude, c'est qu'il y a une survie après la mort. En fait, de nombreuses personnes qui meurent ne réalisent pas au début qu'elles sont mortes, car elles continuent à se faire connaître en tant qu'êtres conscients qui ont les 5 sens.

            La mort physique n'est qu'une transition vers un stade d'existence supérieur. C'est la mise en place d'un nouveau corps, comme la métamorphose d'une chenille en papillon. Sun Myung Moon appelle cela une deuxième naissance, par analogie avec la naissance d'un bébé qui doit quitter le monde confortable de son ventre. Alors que le ventre nourrit le fœtus jusqu'à la naissance, lorsqu'il est détruit et que le bébé le laisse pour la vie sur terre, le corps physique nourrit l'âme jusqu'à la mort, quand il expire et que l'âme s'en va vivre dans le monde des esprits. Il y a donc trois étapes dans la vie : dans le monde aquatique de la matrice, dans le monde aérien de l'existence terrestre et dans le monde des esprits où nous respirons une atmosphère d'amour.

            Par conséquent, la mort n'est pas à craindre. De l’autre côté, on célèbre l’anniversaire de l’âme. La principale question est de savoir si nous avons correctement préparé notre âme avec les facultés spirituelles pour exister confortablement dans ce monde. Là-bas, rien ne compte que la capacité d’aimer.

 

  1. La seconde naissance

 

Car il faut que ce corps corruptible revête l'incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l'immortalité. Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l'incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l'immortalité, alors s'accomplira la parole qui est écrite : La mort a été engloutie dans la victoire. O mort, où est ta victoire ? O mort, où est ton aiguillon ?

1 Corinthiens 15.53-55

 

Celui qui s'identifie avec son âme considère la transmigration corporelle de son âme à la mort sans peur, comme s'il changeait d'un tissu pour un autre.

Pujyapada, Samadhishataka 77 (jaïnisme)

 

Considérez la vie comme une tumeur enflée, un goitre en saillie et la mort comme le drainage d'une plaie ou l'éclatement d'un abcès.

Chuang Tzu 6 (taoïsme)

 

Avez-vous vu la graine que vous émettez ? Est-ce vous qui la créez ou sommes-Nous le Créateur ? Nous avons décrété que la mort était votre lot commun et Nous ne devons pas être frustrés de changer vos formes et de vous créer à nouveau sous des formes que vous ne connaissez pas. Et vous connaissez certainement déjà la première forme de création : pourquoi ne célébrez-vous pas Ses louanges ?

Coran 56.58-62

 

Il y a naissance, il y a mort, il y a sortie, il y a entrée. Ce par quoi on entre et sort sans en voir la forme, c'est le Portail de Dieu.

Chuang Tzu 23 (taoïsme)

 

Le monde au-delà est aussi différent de ce monde que ce monde est différent de celui de l'enfant alors qu'il est encore dans le ventre de sa mère. Lorsque l'âme atteindra la présence de Dieu, elle prendra la forme qui conviendra le mieux à son immortalité et sera digne de son habitation céleste.

Gleanings from the Writings of Bahá’u’lláh 81 (Foi baha’i)

 

Le cordon d'argent est cassé, ou le bol en or est brisé, ou le pichet est cassé à la fontaine, ou la roue est cassée à la citerne, et la poussière retourne à la terre telle qu'elle était et l'esprit retourne à Dieu qui l'a donnée.

Ecclésiaste 12.6-7

 

Lorsqu'un homme passe du rêve à l'éveil, c’est comme s’il passait de cette vie à la suivante. Quand un homme est sur le point de mourir, le corps subtil, monté par le moi intelligent, gémit, comme un chariot lourdement chargé gémit sous son fardeau.

            Quand son corps devient maigre à cause de la vieillesse ou de la maladie, le mourant se sépare de ses membres, de la même manière qu'une mangue, une figue ou un fruit de banian se sépare de sa tige. De la même manière, il se précipite vers sa nouvelle demeure, et là assume un autre corps, dans lequel commencer une nouvelle vie.

            Lorsque son corps s'affaiblit et qu'il devient apparemment inconscient, le mourant rassemble ses sens autour de lui et, retirant complètement ses pouvoirs, descend dans son cœur. Il ne voit plus la forme ou la couleur en dehors.

            Il ne voit ni ne sent ni ne goûte. Il ne parle pas, il n'entend pas. Il ne pense pas, il ne sait pas. Car tous les organes, se détachant de son corps physique, s'unissent à son corps subtil. Puis la pointe de son cœur, où les nerfs se rejoignent, est éclairée par la lumière du Soi et par cette lumière, il s’écarte soit à travers l’œil, soit à travers la porte du crâne, soit à travers une autre ouverture du corps. Quand il s'en va, la vie s'en va ; et quand la vie s'en va, toutes les fonctions du principe vital s'en vont. Le Soi reste conscient et, conscient, le mourant se rend chez lui. Les actes de cette vie et les impressions qu’ils laissent, le suivent.

            Tandis qu'une chenille, ayant atteint le bout d'un brin d'herbe, s'empare d'une autre lame et s'y attire, ainsi le Soi, ayant laissé derrière lui [un corps] inconscient, s'empare d'un autre corps et s'y attire.

            Comme un orfèvre, prenant un vieil ornement en or, le façonne pour un autre, plus récent et plus beau, de sorte que le Soi, ayant abandonné le corps et l’ayant laissé inconscient, prend une forme nouvelle et meilleure, soit celle des Pères, soit celle des chanteurs célestes, ou celle des dieux, ou celle d'autres êtres, célestes ou terrestres.

Brihadaranyaka Upanishad 4.3.34-4.4.4 (Hindouisme)

 

Enseignements de Sun Myung Moon

 

Il est naturel de vouloir ressembler à Dieu et que Dieu veuille que ses enfants lui ressemblent. Par conséquent, il devrait y avoir un moyen pour Dieu de nous amener là où Il est. Il est inévitable que les humains renaissent comme des êtres qui ressemblent à Dieu. Dieu et les êtres humains attendent avec impatience ce jour de la renaissance. Comment ça se passe ? Par la mort.

            Alors, les êtres humains ne devraient-ils pas accueillir la mort ? Nous mourons pour expérimenter l’amour vrai de Dieu. Jeter le corps physique nous permet de participer au domaine infini de l’activité de Dieu et de contribuer au monde de l’amour de Dieu.

            La mort doit naître au milieu de l’amour de Dieu ! Pourtant, les gens de la terre sont affligés de la mort. Est-ce que cela fait rire ou pleurer Dieu ? Vous devriez comprendre que la mort est le moment de votre deuxième naissance. C'est un moment de joie lorsque vous quittez le royaume fini de l'amour pour pénétrer dans le royaume infini de l'amour.

            En quel jour Dieu est-il plus heureux, le jour de ta naissance physique ou le jour où tu es né en tant que fils ou fille de Dieu pour vivre et aimer dans le monde infini ? Pourquoi est-ce que je dis ça ? À moins d'être libéré de la peur de la mort, vous ne pouvez pas établir de relation avec Dieu. (116: 172, 1er janvier 1982)

 

Les humains se développent à travers trois étapes : formation, croissance et accomplissement. De même, ils traversent trois mondes différents : le monde aquatique où ils flottent dans le ventre de la mère, le monde terrestre où ils marchent et le monde aérien où ils peuvent voler. Nous vivons donc trois vies : 10 mois dans le ventre, 100 ans de vie sur terre et la vie éternelle dans le monde des esprits. (297: 257, 19 décembre 1998)

 

Dans l'utérus, vous respiriez par le cordon ombilical. Pendant ce temps, vos narines, une canalisation d’air, étaient en préparation afin que vous puissiez respirer après votre naissance dans le monde physique. De même, pendant que vous vivez dans le monde terrestre, que devriez-vous faire pour vous préparer au lendemain ? Vous devriez faire l'expérience de l'amour. Vous devriez respirer « l’air » de l’amour de votre père et de votre mère. À mesure que vous grandissez, vous devez traverser toutes les étapes de l'amour en tant que frère ou sœur, mari ou femme, parent et grand-parent.

            Au moment où vous êtes né, votre vie était destinée à se terminer. Quand cela se produira, le corps sera dissous. Ensuite, tout comme vous êtes né en bas âge, le jour de votre décès, vous ferez l'expérience d'une nouvelle naissance en tant qu'enfant.

            Que se passe-t-il dans cette naissance ? Vous êtes poussé hors du monde du deuxième ventre et connecté à l'organe respiratoire pour votre troisième vie, pour respirer l'amour. Vous êtes poussé hors de l'utérus, un monde où vous avez expérimenté l'amour de vos parents et de vos frères et sœurs, pour entrer dans un nouveau monde d'amour où vous serez en harmonie avec l'Être original, le Dieu du grand univers.

            Le monde spirituel est rempli d'air. L'air de l'amour ! C’est pourquoi, pendant que vous vivez sur Terre, vous devriez installer ce pipeline par lequel vous aurez besoin de respirer l’amour. Sachez que si vous faites des expériences spirituelles et ressentez un amour spirituel - si vous pouvez respirer l'air de l'amour - vous ne mourrez pas. (139: 213-14, 31 janvier 1986)

 

Nous ne pouvons pas nous rappeler combien il a été difficile pour notre mère de nous donner naissance. Pourquoi Dieu a-t-il rendu la naissance si difficile ? Pourquoi n’est-ce pas aussi facile que de parler ou de manger ? La raison pour laquelle Dieu a fait de l'accouchement une expérience qui met sa vie en danger de mort est parce qu'Il veut qu'elle voie Son amour rayonnant.

            En électricité, il y a ce qu'on appelle une pointe de courant. Dès qu'un interrupteur est activé, un courant électrique démultiplié par vingt ou trente traverse le circuit. De même, au moment où les êtres humains sont désespérés, ils génèrent une quantité d’énergie explosive. Une mère donne naissance dans un état semblable à la mort, les yeux grand ouverts vers le ciel, comme si le ciel et la terre étaient détruits. Puis le bébé pousse son premier cri et ses yeux sont grands ouverts. Elle oublie totalement sa douleur. Ayant accouché dans une telle douleur, la mère aime naturellement son enfant plus que tout.

            Est-ce difficile de naître ? Le sac amniotique qui était notre maison fait une pause. Le placenta qui nous avait nourris est rejeté. Pourtant, ces événements ne sont pas désastreux. Ils sont plutôt heureux, pour notre bonheur. Pourtant, nous ne réalisons pas que c’est un nouveau début de vie jusqu’après la fin de la naissance ...

            Encore une fois, après avoir vécu notre vie terrestre, le moment est venu de quitter ce plan physique et de partir pour un nouveau monde. Néanmoins, comme le fœtus ne veut pas quitter la sécurité du ventre de sa mère, nous préférons continuer à vivre sur terre. Nous ne voulons pas mourir. La mort vient, et encore une fois nous traversons un grand tumulte.

            Pourtant, nous allons naître dans le monde des esprits, un monde infini. Nous échapperons aux limites du temps et de l'espace, serons capables de voyager instantanément d'un bout du monde des esprits à l'autre, plus rapidement que la vitesse de la lumière. (107: 42, 20 janvier 1980)

 

Le jour de votre naissance, le cordon ombilical, la ligne de vie liée à votre nombril, a dû être coupé. De même, dans le monde de l'air, le moi spirituel est attaché au corps et en aspire la nutrition comme un fœtus sur son placenta. Il arrive un jour où le corps physique devient trop vieux pour le nourrir et le laisse derrière lui ...

            Le fœtus qui ressent une douleur momentanée à la sortie du ventre de sa mère grandit pour devenir l’objet d’amour de ses parents. De la même manière, notre moi spirituel doit quitter notre corps physique en pleurs pour renaître de nouveau en tant que partenaire objet de Dieu, qui est l'Esprit éternel.

            Sur terre, le bébé peut grandir pour devenir l'ami de son père et de sa mère car il est né dans le monde physique où il peut partager son amour avec eux. Avant cela, il s’agissait simplement d’un fœtus nageant dans le ventre de la mère. De la même manière, la vie sur terre respire et vit emmaillotés dans l'air ... Après notre deuxième naissance dans le monde des esprits, nous partagerons l'amour avec Dieu, notre parent, qui établit notre lien spirituel avec le monde infini. (297: 258-59, 19 décembre 1998)

 

Une fois que vous entrez dans le monde des esprits, vous respirez à travers les cellules de la fontanelle située sur le dessus de la tête*. L'atmosphère dans le monde des esprits n'est pas l’air terrestre ; c'est l'amour. Nous respirons les éléments de l'amour.

            Même en vivant sur terre, il ne suffit pas de manger et de boire de l'eau. Notre existence terrestre n'est que l'ombre de notre vrai moi. Par conséquent, nous devrions utiliser ce court laps de temps pour cultiver un caractère aimant. Plus que toute autre chose, ce dont nous avons besoin pendant la vie terrestre, c'est l'amour. Nous avons pitié des orphelins, qui n'ont pas de parents pour les aimer, car ils ne reçoivent pas l'amour qui peut les connecter au monde spirituel éternel. Les personnes sans amour sont seules et nous plaignons la personne célibataire qui vit sans compagnon de vie.

            À la mort, nous perdons les organes du corps à travers lesquels nous avons respiré au cours de notre seconde vie. Cependant, il est nécessaire qu’un jour nous soyons libérés du corps pour pouvoir hériter des éléments de l’amour qui sont invisibles. Par conséquent, pendant la vie terrestre, nous devrions nous préparer pour le jour de la mort en cultivant notre moi intérieur ; cela se fait en faisant l'expérience de l'amour des enfants, de la fratrie, de l'amour conjugal et de l'amour parental.

            Alors que le fœtus dans l’utérus grandit sainement et fort conformément aux principes naturels, les gens devraient bien se développer sur terre en vivant conformément à la loi de Dieu. Par conséquent, nous ne devrions jamais mener une vie décontractée. (297: 260, 19 décembre 1998)

 

Considérons une libellule. Tout d'abord, elle nage dans l'eau en tant que larve, puis rampe sur la terre pendant une courte période, puis vole, attrapant une proie en plein vol. C'est une existence qu'elle n'aurait jamais pu imaginer quand elle était larve. Pourtant, quand elle vole, le monde entier est sa scène ...

            Pourquoi les êtres humains, qui sont les seigneurs de toute la création, n’ont-ils pas d’ailes ? Est-ce suffisant que les gens vivent limités à la terre ? En fait, nous avons des ailes de plus grande dimension. Une fois que vous mourrez et perdrez votre corps physique, vous volerez. La mort est une porte heureuse et joyeuse vers la deuxième naissance. (297: 261-62, 19 décembre 1998)

 

* La fontanelle est un point faible sur la tête du nourrisson qui se ferme à l'âge de 2 ans. Ceci peut être un organe analogue sur le corps spirituel nouvellement élevé. Voir Aitareya Upanishad 1.1-3.12 au chapitre 4 : Microcosme et macrocosme.

 

Internationales Jahr der Familie / Année internationale de la Famille

Agenda

December 2019
S M T W T F S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Go to top
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com