On September 9th 2018, the InterPlus Sharing held in Biel/Bienne talked about the topic “Microcosm and Macrocosm” (World Scripture pg. 142).

 

Microcosm and Macrocosm

 

A human being is a Microcos of the universe, encapsulating in him or herself the essences of all things. conversely, the entire universe resembles a human being in macrocosm. the world’s scriptures express this insight in both mythological and philosophical language.

            As a microcosm, linked to all space and time, a human being has the foundation to know, use, and enjoy all things. of all creatures, humans have the widest scope of thought and action, encompassing all things, knowing and appreciating all things, guiding and prospering all things, and transcending all things. nevertheless, as Father Moon teaches, being a microcosm also brings with it the responsibility to love the universe and uphold the universe.

            What is the source of the correspondence between macrocosm and microcosm? the upanishads and other mystical texts describe a primordial person—purusha, Metatron—a cosmic Man which pre-existed the creation and gave it shape. Father Moon speaks of a pre-existing human “prototype” in the mind of God. From that starting point, it was inevitable that all the elements of nature would recombine in human beings, when they arose. he goes on to describe the spirit world as shaped like a gigantic person.

 

All that the Holy One created in the world He created in man.

Talmud, Abot de Rabbi Nathan 31 (Judaism)

 

The whole of existence arises in me,

In me arises the threefold world,

By me pervaded is this all,

Of naught else does this world consist.

Hevajra Tantra 8.41 (Buddhism)

 

The human form is built into the world structure; indeed, even the cosmos.

Hildegard of Bingen, Scivias (Christianity)

 

One who knows the inner self knows the external world as well. One who knows the external world knows the inner self as well.

Acarangasutra 1.147 (Jainism)

 

Man is the product of the attributes of Heaven and Earth, by the interaction of the dual forces of nature, the union of the animal and intelligent souls, and the finest subtle matter of the five elements...

            The five elements in their movements alternately displace and exhaust one another. Each one of them, in the revolving course of the twelve months of the four seasons, comes to be in its turn the fundamental one for the time.

            The five notes of harmony, with their six upper musical accords and twelve pitchtubes, come each, in their revolutions among themselves, to be the first note of the scale.

            The five flavors, with the six condiments and twelve articles of diet, come each one, in their revolutions in the course of the year, to give its character to the food.

            The five colors, with the six elegant figures which they form on the two robes, come each one, in their revolutions among themselves, to give the character of the dress that is worn.

            Therefore Man is the heart and mind of Heaven and Earth, and the visible embodiment of the five elements. He lives in the enjoyment of all flavors, the discriminating of all notes of harmony, and the enrobing of all colors.

Book of Ritual 7.3.1-7 (Confucianism)

 

Consider a man’s body: his head rises up and is round and resembles the shape of heaven. His hair resembles the stars and constellations. His ears and eyes, quick in their senses, resemble the sun and the moon. The breathing of his nostrils and mouth resembles the wind. The penetrating knowledge of his mind resembles the spiritual intelligence [of Heaven].

Tung Chung-Shu, Luxuriant Gems of the Spring and Autumn Annals 56 (Confucianism)

 

In the beginning the Self alone was here—no other thing that blinks the eye at all. He thought, “What if I were to emanate worlds?”

            He emanated these worlds, water, rays of light, death, the waters. Water is up there beyond the sky; the sky supports it. The rays of light are the atmosphere; death the earth; what is underneath, the waters.

            He thought again, “Here now are these worlds. What if I were to emanate guardians?” He raised a Man (Purusha) up from the water and gave him a form.

            He brooded over him; when He had finished brooding over him, a mouth broke open on him the likeness of an egg. From the mouth came speech and from speech Fire.

Nostrils broke open, from the nostrils came breath, from breath the Wind.

Eyes broke open, from the eyes came sight, from sight the Sun.

Ears broke open, from the ears came hearing, from hearing the Points of the Compass.

Skin broke out, from skin grew hairs, from the hairs plants and trees.

A heart broke out, from the heart came mind, from the mind the Moon.

A navel broke open, from the navel came the out-breath, from the out-breath Death.

A phallus broke forth, from the phallus came semen, from semen Water...

            Those deities [the macrocosmic beings], Fire and the rest, after they had been sent forth, fell into the great ocean. Besieged with hunger and thirst, they begged, “Allow us a place in which we may rest and take food.”

            He led a cow towards them. They said, “This is not enough.” He led a horse towards them. They said, “This is not enough.” He led man towards them. Then they said, “Well done, indeed.” Therefore man is well done. He said to them, “Enter the man, each according to his place.”

            Then Fire, having become speech, entered the mouth; the Wind, having become breath, entered the nostrils; the Sun, having become sight, entered the eyes; the regions, having become hearing, entered the ears; the plants and trees, having become hairs, entered the skin; the Moon, having become mind, entered the heart; Death, having become out-breathing, entered the navel; Water, having become semen, entered the phallus...

            The Self considered, “How could these guardians exist without Me?... If, without Me, speech is uttered, breath is drawn, eye sees, ear hears, skin feels, mind thinks, sex organs procreate, then what am I?” Whereupon, opening the center of the skull, He entered. The door by which He entered is called the door of bliss.8

Aitareya Upanishad 1.1-3.12 (Hinduism)

 

Teachings of Sun Myung Moon

 

A human being is a small universe, the microcosm of the great universe of God’s creation. God, the Source of the great universe, is also the source of our energy. As small individual universes, each of us stands in the presence of the great universe and receives its energy into our heart. Thus, we are connected to a source of unending power, and as its counterpart we are endowed with cosmic value. (121:193, October 27, 1982)

 

As human beings are a microcosm of the universe, the body represents the earth while the mind and spirit represent heaven. (8:78, November 8, 1959)

 

Up and down, front and rear, right and left: everything is related to me. Furthermore, these relationships are not temporary, but are linked to the entire course of my life. I stem from a line of ancestors stretching back to the beginning of time, and I am linked to descendants a thousand generations into the future. We have to think that we stand on the altar of all these connections.

 

If one day I am shattered into pieces, all those heavenly relationships will also be shattered into pieces. All relationships in the family, the tribe and the world will likewise be shattered. Such is the significance of being a microcosm, representing heaven and earth.9 (8:10-11, October 25, 1959)

 

Look at our hands. Each finger has three knuckles [symbolizing the three stages of growth]. Each arm has three sections: upper arm, forearm and hand. The whole body is composed of three parts: head, torso and legs. Make a fist like an infant does, with the thumb inside. The thumb symbolizes God, the center of the universe. The four fingers symbolize the four compass directions and four seasons. The twelve knuckles, three on each of the four fingers, symbolize the twelve months.

 

To strongly make a point, you make a fist and shake it in the air. It is like shaking the whole universe. To strike something with your fist means that you are striking it as a representative of the universe. From this, we can see that human beings are the counterparts of the Lord who created the universe.

 

These are just a few of the reasons each human being is a microcosm. Although a human body is very small, it contains everything in the universe. The circulatory system is like the trunk of a tree; the heart is like its root and lungs are like leaves. Our body is indeed a microcosm, representing all things of the universe. (54:96, March 20, 1972)

 

We are born to resonate with the beat of the universe in all its rotations and revolutions. Ocean waves strike the shore, and my heart beats in time. The wind sighs serenely, and my heart feels serene. A flower releases a pleasing fragrance; it stirs a fragrance in my heart and I feel enraptured. (104:123, April 22, 1979)

 

You are the planet Earth in miniature, a universe in miniature. Your body is composed of all the Earth’s elements. Who, then, created you? The universe loaned you all the elements that make up your body. The universe gave you birth and made you; hence you should regard the universe as your first parent.

 

It is amazing! You contain all the elements of the universe. Furthermore, you are mobile, a universe that can move about, whereas the cosmic universe is stationary. Because you move and act, you can govern the universe. (105:106-07, September 30, 1979)

 

If you could see the entire spirit world, it would look like a gigantic Person. As this huge person unites with God, its Subject Partner, then the spirit world and physical world will intermingle with each other. Then, when God runs, the earth will also run. When God laughs, the earth will also laugh.

 

Each of us can become a center of the universe. What does this mean? Consider the tiny cells in your finger. Each one of those cells communicates with your entire body. Although your body is huge in comparison to those cells, their functioning is vital for the body; in that sense they are equal to the whole body. Do you understand? I am talking about what it means to the center of the universe. Each of us relates to the universal body as one cell, yet we can be qualified to be its center.

 

Blood circulates throughout your whole body, from the head down to the soles of your feet. When that blood that went to the feet comes to the head, can the head say, “Don’t come near me”? In the same way, as we circulate through the entire universe, there cannot be any discrimination between black, white and yellow people. The parts of the body are variously colored. Are brown eyes prejudiced against black hair? Do white nails say to yellow skin, “You are of a different kind”?10 Just so, if you could go to the spirit world, you would see that all people constitute the body of one Person. Saints and holy men may perform the role of the eyes or the ears, but even though they have important roles, they are still only components of that one macrocosmic Person.

 

Hell in the spirit world is like an infected wound in the body. Do you think God wants hell to exist for eternity? If you had a wound, what would you do? You would draw out the pus and clean it up. In the same way God wants to clean up and eliminate hell. (91:280, February 27, 1977)

 

When heaven and earth are in harmony, there is mutual affection among all subject and object partners throughout the cosmos. All are linked to the human family, which is the nucleus of cosmos.

 

Men are larger and stronger, but women have love. The sun is large, but it cannot neglect the earth. There is mutual give and take everywhere, from which arises joy and all the perfections of heaven and earth. Thus we can see the larger significance of love between a man and a woman: it is a microcosm of the solar system and an encapsulation of the animal and plant kingdoms. It is the epitome of the pair system by which all things exist. The animal, plant and mineral kingdoms are all based on the pair system. God set up all male-female pairs to be represented by this one nucleus— human conjugal love. What, then, would happen if this center were in conflict?

 

You would like to be the center of the cosmos, right? Do animals have this desire? Does the solar system? No; it is evident that humans are the only beings who have this aspiration. (216:157, March 10, 1991)

 

-------------------------------------------------------

 

Microcosme et Macrocosme

 

Un être humain est un microcosme de l'univers, encapsulant en lui-même l’essence de toutes les choses. A l'inverse, l'univers entier ressemble à un être humain dans le macrocosme. Les écritures du monde expriment cette compréhension dans le langage à la fois mythologique et philosophique.

            En tant que microcosme, lié à tout l’espace et à tout le temps, l’être humain a la base pour connaître, utiliser et apprécier toutes les choses. De toutes les créatures, les humains ont la plus grande portée de pensée et d'action, englobant toutes les choses, connaissant et appréciant toutes choses, guidant et développant toutes choses, et transcendant toutes choses. Néanmoins, comme l’enseigne Sun Myung Moon, être microcosme implique aussi la responsabilité d'aimer l'univers et de défendre l'univers.

            Quelle est la source de la correspondance entre le macrocosme et le microcosme ? Les upanishad et autres textes mystiques décrivent une personne - purusha, Metatron - un homme cosmique qui préexistait à la création et lui a donné forme. Sun Myung Moon parle d'un "prototype" humain préexistant dans l'esprit de Dieu. Dès le départ, il était inévitable que tous les éléments de la nature se recombinent dans les êtres humains, quand ils apparurent. Il décrit ensuite le monde des esprits sous la forme d’une personne gigantesque.

 

Tout ce que le Saint a créé dans le monde, il l’a créé dans l'homme.

Talmud, Abot de Rabbi Nathan 31 (Judaïsme)

 

Toute l'existence surgit en moi,

En moi surgit le triple monde,

Tout est diffusé par moi,

De rien d'autre ce monde ne consiste.

Hevajra Tantra 8.41 (Bouddhisme)

 

La forme humaine est construite dans la structure du monde ; en effet, même le cosmos.

Hildegarde de Bingen, Scivias (Christianisme)

 

Celui qui connaît le moi intérieur connaît aussi le monde extérieur. Celui qui connaît le monde extérieur connaît également le moi intérieur.

Acarangasutra 1.147 (Jainisme)

 

L'homme est le produit des attributs du Ciel et de la Terre, par l'interaction des forces doubles de la nature, l'union des âmes animales et intelligentes et la plus fine matière subtile des cinq éléments ...

            Les cinq éléments de leurs mouvements se déplacent et s’épuisent alternativement. Chacun, au cours des douze mois et des quatre saisons, devient à son tour fondamental pour le moment donné.

           Les cinq notes d'harmonie, avec leurs six accords musicaux supérieurs et leurs douze notes, sont chacune, dans leurs révolutions entre elles, la première note de la gamme.

            Les cinq saveurs, avec les six condiments et les douze articles de la diététique, viennent chacune dans leurs révolutions au cours de l'année, pour donner son caractère à la nourriture.

Les cinq couleurs, avec les six figures élégantes qu’elles forment sur les deux robes, viennent chacune, dans leurs révolutions entre elles, donner le caractère de la robe qui est portée.

            Par conséquent, l'homme est le cœur et l'esprit du ciel et de la terre et l'incarnation visible des cinq éléments. Il vit dans le plaisir de toutes les saveurs, la distinction de toutes les notes d'harmonie et l'enveloppement de toutes les couleurs.

Livre de Rituel 7.3.1-7 (Confucianisme)

 

Considérez le corps d'un homme : sa tête se lève et est ronde et ressemble à la forme du ciel. Ses cheveux ressemblent aux étoiles et aux constellations. Ses oreilles et ses yeux, rapides à percevoir, ressemblent au soleil et à la lune. La respiration de ses narines et de sa bouche ressemble au vent. La connaissance pénétrante de son esprit ressemble à l'intelligence spirituelle [du ciel].

Tung Chung-Shu, joyaux luxuriants des annales du printemps et de l'automne 56 (Confucianisme)

 

Au début, le Soi seul était là, pas d'autre chose qui cligne des yeux. Il pensa : "Et si de moi émanaient des mondes ?"

            Ces mondes ont émané de lui, l'eau, les rayons de lumière, la mort, les eaux. L'eau est là-haut au-delà du ciel ; le ciel la supporte. Les rayons de lumière sont l'atmosphère ; la mort la terre ; ce qui est en dessous, les eaux.

Il pensa encore : « Voici maintenant ces mondes. Et si de moi émanaient des gardiens ? » Il leva un homme (Purusha) de l'eau et lui donna une forme.

Il le couva ; quand il eut fini de le couver, une bouche s’ouvrit en lui comme un œuf. De la bouche sortit la parole et de la parole surgit le feu.

Les narines s’ouvrirent, des narines vinrent respirer, respirer le vent.

Les yeux s’ouvrirent, des yeux vint la vue, de la vue le soleil.

Les oreilles s’ouvrirent, des oreilles vint l’ouïe, et de l’ouïe les points cardinaux de la boussole.

La peau apparut, de la peau poussèrent des poils, des poils poussèrent des plantes et des arbres.

Un cœur apparut, du cœur vint l'esprit, de l'esprit la lune.

Un nombril apparut, du nombril sortit le souffle, du souffle la mort.

Un phallus apparut, du phallus vint le sperme, de la semence L'eau ...

Ces divinités [les êtres macrocosmiques], le feu et le reste, après avoir été envoyées, sont tombées dans le grand océan. Assiégées de faim et de soif, elles suppliaient : "Laissez-nous un endroit où nous pouvons nous reposer et prendre de la nourriture".

Il a conduit une vache vers eux. Elles ont dit : "Ce n'est pas suffisant." Il a conduit un cheval vers eux. Elles ont dit : "Ce n'est pas suffisant." Il a conduit l'homme vers eux. Puis elles ont dit : "Bien joué, vraiment." Donc l'homme est bien fait. Il leur dit : "Entrez les hommes, chacun selon sa place."

Alors le feu, devenu discours, entra dans la bouche ; le vent devenu haleine entra dans les narines ; le soleil, devenu vue, entra dans les yeux ; les endroits devenus aptes à entendre entrèrent dans les oreilles ; les plantes et les arbres devenus poils entrèrent dans la peau ; la Lune, devenue esprit, entra dans le cœur ; La mort, devenue souffle, entra dans le nombril ; L'eau, devenue sperme, entra dans le phallus ...

Le Soi considéra, "Comment ces gardiens pourraient-ils exister sans Moi ? ... Si, sans Moi, la parole est prononcée, le souffle est tiré, les yeux voient, les oreilles entendent, la peau ressent, les organes sexuels procréent, alors que suis-je ? "Alors, ouvrant le centre du crâne, il entra. La porte par laquelle il entra s'appelle la porte du bonheur.

Aitareya Upanishad 1.1-3.12 (Hindouisme)

  

Enseignements de Sun Myung Moon

 

Un être humain est un petit univers, le microcosme du grand univers de la création de Dieu. Dieu, la source du grand univers, est aussi la source de notre énergie. En tant que petits univers individuels, chacun de nous se trouve en présence du grand univers et reçoit son énergie dans son cœur. Ainsi, nous sommes connectés à une source de pouvoir sans fin et, en contrepartie, nous sommes dotés d'une valeur cosmique. (121: 193, 27 octobre 1982)

 

Comme les êtres humains sont un microcosme de l'univers, le corps représente la terre tandis que l'esprit et l’âme représentent le ciel. (8.78, 8 novembre 1959)

 

Haut et bas, avant et arrière, droite et gauche : tout est lié à moi. De plus, ces relations ne sont pas temporaires, mais sont liées à tout le cours de ma vie. Je suis issu d'une lignée d'ancêtres qui remonte au début des temps et je suis lié aux descendants de mille générations. Nous devons penser que nous sommes sur l'autel de toutes ces connexions.

Si un jour je suis brisé en morceaux, toutes ces relations célestes seront également brisées en morceaux. Toutes les relations dans la famille, la tribu et le monde seront également brisées. Telle est la signification d'être un microcosme, représentant le ciel et la terre. (8: 10-11, 25 octobre 1959)

 

Regardez nos mains. Chaque doigt a trois articulations [symbolisant les trois étapes de la croissance]. Chaque bras comporte trois sections : bras, avant-bras et main. Le corps entier est composé de trois parties : la tête, le torse et les jambes. Faites un poing comme un bébé, avec le pouce à l'intérieur. Le pouce symbolise Dieu, le centre de l'univers. Les quatre doigts symbolisent les quatre directions de la boussole et les quatre saisons. Les douze articulations, trois sur chacun des quatre doigts, symbolisent les douze mois.

            Pour faire valoir un point important, vous faites un poing et vous le secouez dans les airs. C'est comme secouer tout l'univers. Frapper quelque chose avec votre poing signifie que vous le frappez en tant que représentant de l'univers. De cela, nous pouvons voir que les êtres humains sont les homologues du Seigneur qui a créé l'univers.

            Ce ne sont là que quelques-unes des raisons pour lesquelles chaque être humain est un microcosme. Bien qu'un corps humain soit très petit, il contient tout dans l'univers. Le système circulatoire est comme le tronc d'un arbre ; le cœur est comme sa racine et les poumons sont comme ses feuilles. Notre corps est en effet un microcosme, représentant toutes les choses de l'univers. (54:96, 20 mars 1972)

 

Nous sommes nés pour résonner avec le rythme de l'univers dans toutes ses rotations et révolutions. Les vagues de l'océan frappent le rivage et mon cœur bat le rythme. Le vent soupire sereinement et mon cœur se sent serein. Une fleur dégage un parfum agréable ; ça me fait vibrer le cœur et je me sens ravi. (104: 123, 22 avril 1979)

 

Vous êtes la planète Terre en miniature, un univers en miniature. Votre corps est composé de tous les éléments de la Terre. Qui donc vous a créé ? L'univers vous a prêté tous les éléments qui composent votre corps. L'univers vous a donné naissance et vous a fait ; Par conséquent, vous devriez considérer l'univers comme votre premier parent.

            C'est étonnant ! Vous contenez tous les éléments de l'univers. De plus, vous êtes mobile, un univers qui peut bouger, alors que l'univers cosmique est stationnaire. Parce que vous bougez et que vous agissez, vous pouvez gouverner l'univers. (105: 106-07, 30 septembre 1979)

 

Si vous pouviez voir le monde spirituel, celui-ci ressemblerait à une personne gigantesque. Si cette immense personne s'unit à Dieu, son partenaire sujet, le monde spirituel et le monde physique se mêleront l’un à l’autre. Alors, quand Dieu courra, la terre courra aussi. Quand Dieu rira, la terre va aussi rire.

            Chacun de nous peut devenir un centre de l'univers. Qu'est-ce que ça veut dire ? Considérez les minuscules cellules de votre doigt. Chacune de ces cellules communique avec tout votre corps. Bien que votre corps soit énorme par rapport à ces cellules, leur fonctionnement est vital pour le corps ; en ce sens, elles sont égales à tout le corps. Comprenez-vous ? Je parle de ce que cela signifie que d’être le centre de l'univers. Chacun de nous communique avec le corps universel comme une seule cellule, mais nous sommes qualifiés à en être le centre.

            Le sang circule dans tout votre corps, de la tête aux pieds. Quand ce sang qui est allé aux pieds arrive à la tête, la tête peut-elle dire : "Ne vous approchez pas de moi" ? De la même manière, lorsque nous circulons dans l’univers entier, il ne peut y avoir aucune discrimination entre les personnes noires, blanches et jaunes. Les parties du corps sont de différentes couleurs. Les yeux bruns ont-ils des préjugés contre les cheveux noirs ? Est-ce que les ongles blancs disent à la peau jaune : « Vous êtes d'un autre genre ?» De même, si vous pouviez aller dans le monde spirituel, vous verriez que tout ce monde constitue le corps d'une personne. Les saints et les hommes sanctifiés peuvent jouer le rôle des yeux ou des oreilles, mais même s'ils jouent un rôle important, ils ne sont encore que des composants de cette personne macrocosmique.

            L'enfer dans le monde spirituel est comme une plaie infectée dans le corps. Pensez-vous que Dieu veut que l'enfer existe pour l'éternité ? Si vous aviez une blessure, que feriez-vous ? Vous retireriez le pus et le nettoieriez. De la même manière, Dieu veut nettoyer et éliminer l'enfer. (91: 280, 27 février 1977)

 

Lorsque le ciel et la terre sont en harmonie, il y a une affection mutuelle entre tous les partenaires sujets et objets du cosmos. Tous sont liés à la famille humaine, qui est le noyau du cosmos.

            Les hommes sont plus grands et plus forts, mais les femmes possèdent l'amour. Le soleil est grand, mais il ne peut pas négliger la terre. Il y a des concessions mutuelles partout, d'où la joie et toutes les perfections du ciel et de la terre. Ainsi, nous pouvons voir la signification plus large de l'amour entre un homme et une femme : c'est un microcosme du système solaire et une encapsulation des règnes animal et végétal. C'est la quintessence du système de paires par lequel toutes les choses existent. Les règnes animal, végétal et minéral sont tous basés sur le système de paires. Dieu a mis en place toutes les paires homme-femme pour qu'elles soient représentées par ce noyau, l’amour conjugal humain. Que se passerait-il alors si ce centre était en conflit ?

Vous voudriez être le centre du cosmos, non ? Les animaux ont-ils ce désir ? et le système solaire ? Non ; il est évident que les humains sont les seuls êtres qui ont cette aspiration. (216: 157, 10 mars 1991)

 

Internationales Jahr der Familie / Année internationale de la Famille

Agenda

December 2019
S M T W T F S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Go to top
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com