Dans le cadre du sous-chapitre « Tolérance, liberté de croyance et solidarité interreligieuse », nous avons examiné le 3ème thème: “Communauté et solidarité entre religions" selon des textes de différentes sources.
Que faut-il entreprendre pour que sa communauté religieuse se sente partie intégrante de la communauté humaine? Quelles actions démontrent le mieux la solidarité? 
In the framework of the study of the subchapter « Tolerance, religious freedom and interfaith solidarity", we examined the theme, “Community and Solidarity among Religions” through texts from different sources.
What should be undertaken for your religious community to feel part of the human community? What actions demonstrate solidarity the best?
L'enregistrement est accessible sous ce lien.
 

Tolerance, Religious Freedom and Interfaith Solidarity

Tolerance begins with how we treat people of other faiths. We have gathered passages from the scriptures which urge treating non-believers and believers with equal respect. Religious disputes and doctrinal conflicts are condemnable; they are often motivated by egoism disguised as piety, and by displaying enmity they do not give fitting witness to one’s faith. By extension, governments are to respect religious freedom and avoid any manner of compulsion in matters of faith. Most people think of religious freedom as a feature of modern democracy, emerging as it did after a long period of religious intolerance marked by wars and cruelty—the Crusades, the Inquisition and the 30- Years’ War. Still, each of the great civilizations has enjoyed periods of religious tolerance: in India under the tolerant Buddhist King Ashoka (3rd century B.C.) and the enlightened Mughal emperor Akbar (16th century), in 10th century al-Andalus (Spain under Muslim rule), and in Song dynasty China (10th-13th century). Nevertheless, it was with democracy that the ideal of religious freedom became firmly established as a global value. Father Moon regards the establishment of religious freedom one of the hard-won victories of divine providence. Beyond tolerance and beyond religious freedom is the higher vision of cooperation and solidarity among religions. This largely modern ideal was born out of people’s growing familiarity with the world’s religions and the efforts of religious leaders to dialogue with each other in order to resolve disputes and eliminate ancient prejudices. Religious unity has long been advocated by the Baha’i Faith. Relations between Christians and Jews were transformed after the horrors of the Holocaust led to a widespread re-evaluation of Christian doctrines that had overtones of anti-Semitism. Still, until the late 1990s the predominant opinion was that the trend towards secularism would one day make religion—and hence religious intolerance—a relic of the past. Today that view is obsolete. Flare-ups of religious extremism and terrorism have made people realize that interfaith cooperation is a necessary condition for world peace. Yet for more than fifty years, without fanfare, Father Moon has worked for the goal of the unity of religions, regarding it as one of the chief goals of God’s contemporary providence.

 

Tolérance, liberté de croyance et solidarité interreligieuse

La tolérance commence par la façon de traiter les personnes d'autres confessions. Nous avons rassemblé des passages des Écritures qui nous incitent à traiter les non-croyants et croyants avec le même respect. Les disputes religieuses et les conflits doctrinaux sont condamnables. Ils sont souvent motivés par un égoïsme déguisé en piété et en faisant preuve d’hostilité ils ne donnent pas un témoignage approprié de leur foi.

Par ailleurs, les gouvernements doivent respecter la liberté de croyance et éviter toute forme de contrainte dans le domaine de la foi. La plupart des gens considèrent la liberté de conscience comme un aspect de la démocratie moderne, qui est apparu après une longue période d'intolérance religieuse marquée par les guerres et les cruautés, telles les croisades, l'inquisition et la guerre de Trente Ans. Cependant, chacune des grandes civilisations a bénéficié de périodes de tolérance religieuse : en Inde, sous le règne du roi bouddhiste Ashoka (iiie siècle avant notre ère), sous le règne de l'empereur Mughal éclairé, Akbar (xvie siècle), en Al-Andalus du xe siècle (Espagne sous domination musulmane), et dans la Chine de la dynastie Song (entre le xe et le xiiie siècle). Néanmoins, ce fut avec la démocratie que l'idéal de la liberté religieuse finit par résolument s'instaurer comme une valeur mondiale. Sun Myung Moon considère l'instauration de la liberté de croyance comme l'une des victoires durement gagnées par la providence divine.

Au-delà de la tolérance et de la liberté religieuse existe une vision supérieure de la coopération et de la solidarité entre les religions. Cet idéal extrêmement moderne est né grâce à la connaissance croissante des religions mondiales et des efforts déployés par les responsables religieux, qui dialoguent ensemble pour résoudre les querelles et éliminer d’anciens préjugés. L'unité religieuse a longtemps été plaidée par la confession bahaïe. Les relations entre chrétiens et juifs se sont transformées après les horreurs de l'holocauste et ont abouti à une vaste réévaluation des doctrines chrétiennes qui avaient des relents d'antisémitisme. Mais jusqu'à la fin des années 1990, l'opinion prédominante était que le courant vers la laïcité ferait un jour de la religion, et par voie de conséquence de l'intolérance religieuse, une relique du passé. Aujourd'hui, ce point de vue est obsolète. L'embrasement de l'extrémisme religieux et le terrorisme ont incité les peuples à prendre conscience que la coopération interconfessionnelle est une condition indispensable pour que la paix règne dans le monde. Ainsi, Sun Myung Moon, modestement, a œuvré depuis plus de cinquante années dans le but d'unir les religions, considérant qu'il s'agissait là de l'objectif principal de la providence contemporaine de Dieu.

 

3. Community and Solidarity among Religions

I came to the conclusion long ago… that all religions were true and also that all had some error in them, and whilst I hold by my own, I should hold others as dear as Hinduism. So we can only pray, if we are Hindus, not that a Christian should become a Hindu… But our innermost prayer should be a Hindu should be a better Hindu, a Muslim a better Muslim, a Christian a better Christian.

Mohandas Gandhi (Hinduism)

Basically all major religions of the world carry the same message; therefore harmony between different religions is both important and necessary.

Each system has its own value suited to persons of different disposition and mental outlook. At this time of easy communication, we must increase our efforts to learn each other’s system. This does not mean that we should make all religions into one but that we should recognize the common purpose of the many religions and value the different techniques that they have developed for internal improvement.

Tenzin Gyatso, The Fourteenth Dalai Lama (Buddhism)

The Church therefore has this exhortation for her sons: prudently and lovingly, through dialogue and collaboration with the followers of other religions, and in witness of Christian faith and life, acknowledge, preserve, and promote the spiritual and moral goods found among these men, as well as the values in their society and culture.

Vatican II, Nostra Aetate (Christianity)

My house shall be called a house of prayer for all peoples.

Isaiah 56.7

And I [Jesus] have other sheep, that are not of this fold; I must bring them also, and they will heed my voice. So there shall be one flock, one shepherd.

John 10.16

The essential purpose of the religion of God is to establish unity among mankind. The divine Manifestations were Founders of the means of fellowship and love. They did not come to create discord, strife and hatred in the world. The religion of God is the cause of love, but if it is made to be a source of enmity and bloodshed, surely its absence is preferable to its existence; for then it becomes satanic, detrimental and an obstacle to the human world…

It is our duty in this radiant century to investigate the essentials of divine religion, seek the realities underlying the oneness of the world of humanity, and discover the source of fellowship and agreement which will unite mankind in the heavenly bond of love. This unity is the radiance of eternity, the divine spirituality, the effulgence of God and the bounty of the Kingdom.

‘Abdul’l-Bahá, Promulgation of Universal Peace (Baha’i Faith)

3. Communauté et solidarité entre religions

J'en suis venu à la conclusion, il y a longtemps, que toutes les religions étaient vraies et qu'elles comportaient toutes des erreurs, et même si je tiens à la mienne, je devrais chérir les autres autant que l'hindouisme. Si nous sommes hindous, nous ne pouvons donc pas prier pour qu'un chrétien devienne hindou... Mais notre prière la plus profonde devrait être qu’un hindou devienne un meilleur hindou, un musulman un meilleur musulman, un chrétien un meilleur chrétien.

Hindouisme. Mohandas Gandhi

Fondamentalement, toutes les grandes religions du monde véhiculent le même message ; c'est pourquoi l'harmonie entre les différentes religions est à la fois importante et nécessaire.

Chaque système a sa propre valeur, adaptée à des personnes ayant des dispositions et des mentalités différentes. En cette période de communication facile, nous devons redoubler d'efforts pour apprendre le système de chacun. Il ne s’agit pas de faire de toutes les religions une seule, mais de reconnaître le but commun des nombreuses religions et d’apprécier les différentes techniques développées pour le perfectionnement interne.

Bouddhisme. Tenzin Gyatso, 14e Dalaï Lama

 

L’Église exhorte donc ses fils pour que, avec prudence et charité, par le dialogue et par la collaboration avec les adeptes d’autres religions, et tout en témoignant de la foi et de la vie chrétiennes, ils reconnaissent, préservent et fassent progresser les valeurs spirituelles, morales et socio-culturelles qui se trouvent en eux.

Christianisme. Vatican II, Nostra Aetate

 

… Ma Maison sera appelée : « Maison de prière pour tous les peuples ».

Judaïsme & christianisme. Esaïe 56.7

 

J'ai d'autres brebis qui ne sont pas de cet enclos et celles-là aussi, il faut que je les mène ; elles écouteront ma voix et il y aura un seul troupeau et un seul berger.

Christianisme. Jean 10.16

Le but essentiel de la religion de Dieu est d'établir l'unité de l’humanité. Les Manifestations divines ont fondé les voies de la solidarité et de l'amour. Elles ne sont pas venues pour créer la discorde, les conflits et la haine dans le monde. La religion de Dieu représente la cause de l'amour, mais si elle se transforme en source d'inimitié et d'effusion de sang, il vaut mieux qu’elle soit absente plutôt qu’existante ; car elle devient alors satanique, préjudiciable et un obstacle au monde humain...

Dans ce siècle de lumières, c’est notre devoir de rechercher les caractères essentiels de la religion divine, de quêter les réalités fondamentales de l’Unité du genre humain et de découvrir la source de solidarité et de concorde qui unira l’humanité par les liens d’un Amour céleste. Cette Unité, c’est le rayonnement d’Éternité, l’Esprit divin, la Splendeur de Dieu et la Bonté du Royaume.

Foi baha’ie.’Abdu’l-Bahá, la Promulgation
de la Paix universelle

 

Teachings of Sun Myung Moon

As far as I know, God is not sectarian. He is not restricted by minor details of doctrine. We should quickly liberate ourselves from theological conflict which results from blind attachment to doctrines and rituals, and instead focus on living relationships with God. In my view, we urgently need to purify the religious atmosphere into one in which believers can have living faith and every soul can communicate with God.

In God’s parental heart and His great love, there is no discrimination based on color or nationality. There are no barriers between cultural traditions, between East and West, North and South. Today God is trying to embrace the whole of humankind as His children. Through interreligious dialogue and harmony we should realize one ideal world of peace, which is God’s purpose of creation and the common hope of humankind. (135:221, November 16, 1985)

Despite all efforts to the contrary, divisions and animosities among various religious groups continue. Religious wars are still being waged, as they have been for centuries. In spite of various ecumenical movements, religious arrogance, intolerance, and bigotry are still prevalent among devout believers. Thus, although most religions have professed the same God and often even the same views for centuries, their adherents have continually persecuted and warred with one another.

God is beyond denomination, doctrine or sect. God’s purpose is and always has been to save the entire world, and not merely a certain race, nation, or religious group. As religious people, we cannot help God in the task of salvation as long as we fight among ourselves. Many religious leaders have realized this, but for numerous complex reasons their attempts to solve this problem have been repeatedly frustrated.

One of my essential teachings is that interreligious harmony is a necessary condition for world peace. Since no single religion has manifested God completely, religious differences have been inevitable. Yet because we are all sons and daughters of the same Heavenly Parent, we are all brothers and sisters in one great family. Therefore, conflict and divisive hatred among religions is unnecessary. (133:274-75, August 13, 1984)

Is God alienated from the world? No, God strives to save the world. Nevertheless, each religion cherishes its own believers but does not care so much about other people. Look at Islam: it tries to save the world, but it puts itself first. It is likewise with Buddhism: so far its adherents have not been active in going out to society. (99:17, August 27, 1978)

It was not God’s original purpose to establish Hinduism, or Buddhism, or Christianity. God wanted to see from the beginning one family under God. (March 2, 2003)

In the Orient, people go in search of the state of Emptiness or No-self. Therefore, they look for quiet places where they can release their attachments to worldly things. In the West, on the other hand, people make efforts seeking for money and material things. Therefore they want quick results, and their eyes become large… Oriental people are small, with small eyes [that look into the distance], noses and everything. Their legs are short, too. From this, we see that the West is external and the East is internal.

One of Satan’s goals is to permanently separate the internal from the external. God, on the other hand, tries to link the internal and external in a harmonious relationship. Thus we can foresee that when the West tries to unite with the East, God’s day of fulfillment is near. This is gradually coming to pass. (118:46, May 2, 1982)

The purpose of religion is to lead us to a united world. Although different religions have different names for God and different ways of worshipping Him, the central Being each religion worships is the one and only God. Therefore, the purposes and directions for human life taught by each religion inevitably converge towards one standard. Ultimately, each religion has to manage its own path in order that all religions may enter the era of reformation at the same time. (140:10, February 1, 1986)

With the progress of God’s providence, we witness that already in the spirit world there are no barriers between the four major religions at the level of their founders. Jesus, Buddha, Mohammed and Confucius communicate freely with each other and often visit each other’s realms. Because I know these things well, I strongly encouraged all clergy… to transcend their denominations and sects and to unite as one. (May 8, 2001)

When all religions are as one family—living in one accord, cooperating as one body and treasuring the same idea—then all will be liberated. In that day, self-cultivation will no longer be necessary. (393:183, October 3, 2002)

 

Enseignements de Sun Myung Moon

Pour autant que je sache, Dieu n’est pas sectaire. Il n’est pas obsédé par les détails mineurs d’une doctrine. Nous devons nous libérer rapidement des conflits théologiques qui résultent des attachements aveugles aux doctrines et rituels, et nous concentrer plutôt sur la communication vivante avec Dieu. Je pense qu’il nous faut de toute urgence purifier l’atmosphère religieuse de sorte que les croyants aient une foi vivante et que chaque âme puisse communiquer avec Dieu.

Dans le cœur parental de Dieu et dans Son grand amour, il n’y a pas de discrimination fondée sur la couleur ou la nationalité. Il n’y a pas de barrières entre les pays ou les traditions culturelles, entre l’Est et l’Ouest, le Nord et le Sud. Aujourd’hui, Dieu cherche à embrasser l’ensemble de l’humanité comme Ses enfants. Par le dialogue et l’harmonie interreligieuse, nous devons réaliser un monde idéal de paix, qui est le but de la création de Dieu et l’idéal commun de l’humanité. (135.221, le 16 novembre 1985)

 

En dépit de tous les efforts pour y remédier, les divisions et les animosités au sein des différents groupes religieux subsistent. Les guerres de religions continuent toujours comme elles l'ont fait durant des siècles. En dépit des divers mouvements œcuméniques, l'arrogance religieuse, l'intolérance, le sectarisme sont encore prépondérants parmi les croyants fervents. Aussi, bien que la plupart des religions invoquent le même Dieu et partagent les mêmes interprétations depuis des siècles, leurs fidèles ont continué à se persécuter et à se combattre les uns les autres.

 

Dieu est au-delà des dénominations, des doctrines et des sectes. Le but de Dieu est depuis toujours de sauver le monde entier et pas seulement une ethnie, une nation ou un groupe religieux en particulier. En tant que croyants, nous ne pouvons aider Dieu dans Son œuvre du salut tant que nous nous combattons. De nombreux responsables religieux ont pris conscience de cet état de fait, mais pour nombre de raisons complexes, leurs tentatives pour résoudre ce problème se sont, à maintes reprises, soldées par de la frustration.

L'un de mes enseignements essentiels stipule que l'harmonie interreligieuse est une condition indispensable à la paix mondiale. Étant donné qu'aucune religion n'a totalement représenté Dieu, les différences religieuses ont été inévitables. Mais, puisque nous sommes tous fils et filles du même Père céleste, nous sommes tous les frères et sœurs d'une même grande famille. Les conflits et les haines qui divisent les religions sont, par conséquent, entièrement vaines. (133.274-75, le 13 août 1984)

Dieu s'est-Il isolé du monde ? Non, Dieu lutte pour sauver le monde. Néanmoins, chaque religion chérit ses propres croyants mais ne se préoccupe pas beaucoup des autres. Observez l'islam, qui essaye de sauver le monde, mais veut occuper le devant de la scène. Il en est de même du bouddhisme : jusqu'à présent, ses fidèles ne se sont pas montrés très actifs en se tournant vers la société. (99.17, le 27 août 1978)

L'instauration de l'indouisme, du bouddhisme ou du christianisme n'était pas le but originel de Dieu. Dieu voulait dès le début ne voir qu'une famille unie en Dieu. (2 mars 2003)

En Orient, les personnes aspirent à atteindre un état de vacuité. Elles sont de ce fait en quête de lieux paisibles où elles pourront se détacher des choses matérielles. En Occident, par contre, les gens s'efforcent de gagner de l'argent et d'obtenir des biens matériels. Dans leur volonté d'obtenir des résultats rapidement, leurs yeux demeurent grand ouverts... Les Orientaux quant à eux sont petits, ont de petits yeux qui leur permettent de voir très loin et de petits nez ; leurs jambes sont courtes. À travers ces éléments, on peut en déduire que l'Occident est tourné vers l'extérieur et que l'Orient est tourné vers l'intérieur.

L'un des objectifs de Satan est de séparer en permanence ce qui est intérieur et extérieur. Dieu, au contraire, essaye de lier ce qui est intérieur et extérieur dans une relation harmonieuse. On peut, en conséquence, prévoir que lorsque l'Occident tente de s'unir à l'Orient, le jour de l'accomplissement de Dieu est proche. C'est ce qui se réalise progressivement. (118.46, le 2 mai 1982) 

Le but de la religion est de nous guider vers un monde unifié. Bien que des religions différentes aient divers noms pour désigner Dieu et qu'elles Le vénèrent de manières dissemblables, l'Être central vénéré par chaque religion est le seul et même Dieu unique. Par conséquent, les objectifs et les directives, relatives à la vie humaine et enseignées par chaque religion, convergent inévitablement vers un modèle unique. Finalement, chaque religion doit organiser sa propre voie afin que toutes les religions puissent entrer simultanément dans l'ère de la réforme. (140.10, le 1erfévrier 1986)

Avec la progression de la providence de Dieu, nous témoignons que, déjà dans le monde spirituel il n'existe pas de frontières entre les quatre principales religions, au niveau de leurs fondateurs. Jésus, Bouddha, Muhammad et Confucius communiquent librement entre eux et visitent souvent les sphères les uns des autres. Étant donné que je connais bien ces choses, j'encourage fortement tout le clergé... à transcender ses dénominations et sectes et à établir l'unité. (8 mai 2001)

 

Lorsque toutes les religions ne formeront plus qu'une seule famille, vivant en harmonie, coopérant comme un seul corps et chérissant la même pensée, toutes seront alors libérées. Ce jour-là, le développement personnel ne sera plus nécessaire. (393.183, le 3 octobre 2002)