L'enregistrement est accessible sous facebook: https://www.facebook.com/UPFSwitzerland/videos/649626315663457

Union spirituelle

L’union spirituelle est le but ultime du mystique religieux. L’expérience de cette unité est profonde, elle peut difficilement se décrire par des mots. La personne qui se trouve dans cet état est unie à Dieu et unie à tout ce qui existe. Toutes les distinctions se dissolvent entre partenaires sujet et objet, le connu et l’inconnu.

L’union mystique est moins commune dans la religion conventionnelle, particulièrement les confessions abrahamiques dans lesquelles le monothéisme sans compromis requiert une distinction absolue entre le Dieu infini et la plus sainte de Ses créatures. Cependant, les Écritures du judaïsme et du christianisme évoquent une vision béatifiée, une rencontre avec la présence de Dieu qui transforme la personne qui en a bénéficié. Dans l’islam, les traditions attribuées à Muhammad lui-même sous-tendent des expériences unitives de mystiques du soufisme.

Sun Myung Moon confirme toutes ces diverses expériences unitives. En apprenant à vivre sur la base de l’amour, il enseigne que nous pouvons nous rapprocher de l’esprit et du cœur de Dieu, partager les expériences de Dieu et nous déplacer comme des prolongements du corps de Dieu. Nous demeurons en Dieu, Dieu demeure en nous et nous faisons l’expérience d’une unité mystique avec toute Ses créations.

1. Ne faire qu’un avec Dieu

2. Dieu et les êtres humains unis dans l’amour

3. L'unité avec toutes les choses

Celui qui voit toutes les créatures en soi-même et soi-même dans toutes les créatures ne connaît pas la peur. Celui qui voit toutes les créatures en soi-même et soi-même dans toutes les créatures ne connaît pas le chagrin. Comment la multiplicité de la vie peut-elle tromper celui qui voit son unité ?

Hindouisme. Isa Upanishad 6-7

L’ascète en qui tout mal a disparu, qui se discipline et s’unifie lui-même sans cesse, atteint aisément le bonheur infini : se confondre avec le Brahman.

Soi-même résidant en tous les êtres, tous les êtres résidant en lui : voilà ce que contemple celui dont tout l’être est unifié par le yoga et qui porte sur toutes choses un regard égal.

Celui qui me voit partout et qui voit (le) Tout en moi, je ne suis (jamais) perdu pour lui, il n’est (jamais) perdu pour moi.

Celui, voué à l’unité, qui m’adore en tant que résidant dans tous les êtres, de quelque manière qu’il se comporte, ce yogin est toujours présent en moi.

Ô Arjuna, celui qui considère également toutes choses, heur ou malheur, à l’instar de son propre Soi, un tel homme est tenu pour un ascète prééminent.

Hindouisme. Bhagavad Gîtâ 6.28-32

Le Bouddha a dit : « En réalisant une Illumination incomparable, je n'ai pas acquis la moindre chose. Ceci se trouve absolument partout, sans différenciation ni degré ».

Bouddhisme. La perfection de sagesse
du diamant coupeur 22-23

Au commencement il y avait le néant, le néant n’avait pas de nom. De là se reproduisit l’un ; il y eut l’un sans avoir de forme matérielle. Les êtres en naquirent : c’est ce qu’on appelle sa vertu. Dans ce qui n’avait pas de forme, il y eut une distribution d’où s’ensuivit un mouvement perpétuel qui a pour nom Destin. Au cours de ses transformations sont nés les êtres. À son achèvement, l’être créé possède un corps organisé. Ce corps préserve l’âme. L’âme et le corps sont soumis à leurs lois propres. C’est ce qu’on appelle la nature innée. Qui perfectionne sa nature fait retour à sa vertu originelle. Qui atteint à sa vertu primitive s’identifie avec l’univers. C’est lorsqu’il s’identifie parfaitement avec l’univers qu’il apparaît ignorant et obscur. Il atteint à la vertu profonde et s’abîme dans l’harmonie universelle.

Taoïsme. Tchouang-tseu 12

Enseignements de Sun Myung Moon

Le Père céleste respire. Son souffle est le souffle de l’amour. Dieu insuffle en permanence l’amour dans le cosmos, en l’alignant sur l’amour. Vous devriez vous aligner vous-même avec l’amour, étant donné qu’en aimant, vous trouverez la vie éternelle. Ce n’est qu’à ce moment-là que vous transcenderez cette réalité et entrerez dans la sphère du souffle du Père céleste. (201.191, le 1er avril 1990)

Offrez-vous du temps pour faire une expérience à travers vos propres sens directs, c’est à dire à travers vos yeux, votre nez, votre bouche et vos oreilles et croyez sur la base de votre propre expérience. Il est important que vous vous donniez assez de temps pour vivre de telles expériences.

Les personnes égocentriques ne sont pas capables de bien ressentir, mais lorsque des gens qui mènent une vie imprégnée de la grâce de Dieu contemplent la nature, ils perçoivent toutes les choses comme si elles étaient entièrement nouvelles. Le matin, tout semble nouveau et le soir tout semble nouveau. Au fur et à mesure que la grâce de Dieu se déroule lentement comme une vague, ils ressentent une fascination et un mystère en trois dimensions. Toute personne qui peut vivre cette expérience est heureuse. (30.134-35, le 21 mars 1970)

Si vous voulez demeurer dans le cœur de Dieu, vous devriez avoir le cœur de protéger toutes les créatures dans le ciel et sur la terre comme si elles vous appartenaient. Étant donné que le cœur de Dieu réside dans toutes Ses créatures, en prendre soin vous relie au cœur de Dieu. La plus haute spiritualité est d’être possédé par Dieu et de demeurer dans Son cœur. Si le seul fait de contempler un oiseau en vol ou de respirer le parfum d’une fleur vous incite à chanter éternellement, alors vous ne résidez pas dans le monde, mais dans le cœur de Dieu. Dans cet état, le temps n’a aucune signification. (8.182, le 23 janvier 1959)

J’aspire au monde idéal, un monde qui complète le but de la création, un monde qui transcende le monde de la conscience, un monde dans lequel je puisse ressentir une paix éternelle.

À quoi ressemblerait le fait de vivre dans ce monde ? À la vue d’un seul brin d’herbe vous exalteriez la valeur de l’existence. En tant qu’être humain, vous n’êtes qu’une petite chose comparée au vaste univers, pourtant toutes ses créatures feraient votre éloge en disant : « Tu es vraiment surprenant ! Quand tu bouges, le ciel et la terre bougent, le cœur de Dieu bouge et la vie éternelle bouge. » Toutes les personnes devraient atteindre ce niveau. (9.320, le 19 juin 1960)