En présence virtuelle de 16 personnes, trois passages ont été lus et commentés:

Noëmie a lu la parabole du Fils prodigue de Luc et c'est Jean-François Moulinet qui l'a commentée en mettant l'accent sur le tableau de Rembrandt. On voit que les mains du père sont différentes: une main est féminine et l'autre masculine. Cela démontre bien les deux aspects du parent, comme père et mère. On comprend dans la parabole que le parent, c'est Dieu, qui reprend son fils inconditionnellement, lui donnant sa part lorsque celui-ci la lui demande et l'embrassant lorsque celui-ci revient totalement désoeuvré et pauvre. Il a aussi mis l'accent sur la difficulté de traduire des mots de langues orientales dans nos langues, puisqu'ils comprennent des sens différents, comme par exemple parent (bumo), qui en coréen, veut dire littéralement père et mère à travers les 2 caractères chinois pour bu et mo. Finalement, on y comprend la situation du frère aîné qui trouve injuste le fait que son frère cadet soit récompensé alors qu'il n'a rien fait pour le mériter. 

Marie-Laure Galeyrand a admirablement lu le passage du Sutra du Lotus que son père, Jean-André Galeyrand, a commenté en mettant l'accent sur les interprétations livrées par de nombreux érudits à travers l'histoire. Cette histoire met en évidence d'autres aspects de la relation père fils et complémente la parabole chrétienne. Elle évoque la difficulté d'un fils qui se sent trop misérable pour reconnaître son lien avec un père si prestigieux et qui a besoin de passer par un cheminement personnel à travers son labeur de 20 ans à nettoyer le hangar des ordures. On y voit aussi le père qui doit s'adapter à la situation de son fils et descendre de sa position élevée pour lui permettre de le reconnaître. 

Le passage de Sun Myung Moon est lu par Noëmie Komagata et commenté par sa mère, Chantal Chételat Komagata. Les paroles claires du co-fondateur de la FPU ne nécessitent pas d'interprétation, au contraire des paraboles. On y lit le point de vue unificationniste de Dieu, comme celui d'un parent qui ferait tout pour sauver son enfant, car son amour est inconditionnel. Il se sent toujours responsable du destin de son enfant et est irrémédiablement lié à sa situation. 

La rencontre se termine sur une vidéo présentant le tableau de Rembrandt accompagné d'une musique et une interprétation par un père catholique du fils prodigue. La rencontre est visible sous ce lien.

2. Grace for the Prodigal Son

There was a man who had two sons; and the younger of them said to his father, “Father, give me the share of property that falls to me.” And he divided his living between them. Not many days later, the younger son gathered all he had and took his journey into a far country, and there he squandered his property in loose living. And when he had spent everything, a great famine arose in that country, and he began to be in want. So he went and joined himself to one of the citizens of that country, who sent him into his fields to feed swine. And he would gladly have fed on the pods that the swine ate; and no one gave him anything. But when he came to himself he said, “How many of my father’s hired servants have bread enough and to spare, but I perish here with hunger! I will arise and go to my father, and I will say to him, ‘Father, I have sinned against heaven and before you; I am no longer worthy to be called your son; treat me as one of your hired servants.’” And he arose and came to his father. But while he was yet at a distance, his father saw him and had compassion, and ran and embraced him and kissed him.

And the son said to him, “Father, I have sinned against heaven and before you; I am no longer worthy to be called your son.” But the father said to his servants, “Bring quickly the best robe, and put it on him; and put a ring on his hand, and shoes on his feet; and bring the fatted calf and kill it, and let us eat and make merry; for this my son was dead, and is alive again; he was lost, and is found.” And they began to make merry.

Now his elder son was in the field; and as he came and drew near to the house, he heard music and dancing. And he called one of his servants and asked what this meant. And he said to him, “Your brother has come, and your father has killed the fatted calf, because he has received him safe and sound.” But he was angry and refused to go in. His father came out and entreated him, but he answered his father, “Lo, these many years I have served you, and I never disobeyed your command; yet you never gave me a kid, that I might make merry with my friends. But when this son of yours came, who has devoured your living with harlots, you killed for him the fatted calf!” And he said to him, “Son, you are always with me, and all that is mine is yours. It was fitting to make merry and be glad, for this your brother was dead, and is alive; he was lost, and is found.”*

* The Parable of the Prodigal Son speaks not only of God’s grace and forgiveness (represented by the father), but also of the ethic that righteousness be accompanied by forgiveness and compassion for sinners (represented by the father’s admonishment to the elder brother). 


Luke 15.11-32: Parable of the Prodigal Son

 

It is like a youth who, on attaining manhood, leaves his father and runs away. For long he dwells in some other country, ten, or twenty, or fifty years. The older he grows, the more needy he becomes... From the first the father searched for his son but in vain, and meanwhile has settled in a certain city. His home becomes very rich...

At this time, the poor son, wandering through village after village, and passing through countries and cities, at last reaches the city where his father has settled. Always has the father been thinking of his son, yet, though he has been parted from him over fifty years, he has never spoken of the matter to any one, only pondering over it within himself and cherishing regret in his heart, as he reflects, “Old and worn, I own much wealth—gold, silver, and jewels, granaries and treasuries overflowing; but I have no son. Some day my end will come and my wealth will be scattered and lost, for there is no one to whom I can leave it... If I could only get back my son and commit my wealth to him, how contented and happy should I be, with never a further anxiety!”

Meanwhile the poor son, hired for wages here and there, unexpectedly arrives at his father’s house... Seeing his father possessed of such great power, he was seized with fear, regretting that he had come to this place, and secretly reflects, “This must be a king, or someone of royal rank; it is no place for me to obtain anything for hire of my labor. I had better go to some poor hamlet, where there is a place for letting out my labor, and food and clothing are easier to get. If I tarry here long, I may suffer oppression and forced service.” Reflecting thus, he hastens away.

Meanwhile the rich elder on his lion-seat has recognized his son at first sight, and with great joy in his heart has also reflected, “Now I have some one to whom I may bequeath my treasuries of wealth. Always I have been thinking of this my son, with no means of seeing him; but suddenly he himself has come and my longing is satisfied. Though worn with years, I yearn for him as of old.”

Instantly he dispatches his attendants to pursue him quickly and fetch him back. Thereupon the messengers hasten forth to seize him. The poor son, surprised and scared, loudly cries his complaint, “I have committed no offense against you; why should I be arrested?” The messengers all the more hasten to lay hold of him and compel him to go back. Thereupon the poor son, thinking within himself that though he is innocent yet he will be imprisoned, and that now he will surely die, is all the more terrified, faints away and falls prostrate on the ground. The father, seeing this from afar, sends word to the messengers, “I have no need for this man. Do not bring him by force. Sprinkle cold water on his face to restore him to consciousness and do not speak to him any further.” Wherefore? The father, knowing that his son’s disposition is inferior, knowing that his own lordly position has caused distress to his son, yet convinced that he is his son, tactfully does not say to others, “This is my son.”

A messenger says to the son, “I now set you free; go wherever you will.” The poor son is delighted, thus obtaining the unexpected. He rises from the ground and goes to a poor hamlet in search of food and clothing. Then the elder, desiring to attract his son, sets up a device. Secretly he sends two men, doleful and shabby in appearance, saying, ‘You go and visit that place and gently say to the poor man, “There is a place for you to work here...we will hire you for scavenging, and we both also will work along with you.”’ Then the two messengers go in search of the poor son and, having found him, place before him the above proposal. Thereupon the poor son, having received his wages beforehand, joins with them in removing a refuse heap.

His father, beholding the son, is struck with compassion for, and wonder at, him. Another day he sees at a distance, through a window, his son’s figure, gaunt, lean, and doleful, filthy and unclean with dirt and dust; thereupon he takes off his strings of jewels, his soft attire, and puts on a coarse, torn and dirty garment, smears his body with dust, takes a basket in his right hand, and with an appearance fear-inspiring says to the laborers, “Get on with your work, don’t be lazy.” By such a device he gets near to his son, to whom he afterwards says, “Ay, my man, you stay and work here, do not go again elsewhere; I will increase your wages; give whatever you need, bowls, utensils, rice, wheat-flour, salt, vinegar, and so on; have no hesitation; besides there is an old and worn-out servant whom you shall be given if you need him. Be at ease in your mind; I am, as it were, your father; do not be worried again. Wherefore? I am old and advanced in years, but you are young and vigorous; all the time you have been working, you have never been deceitful, lazy, angry, or grumbling; I have never seen you, like the other laborers, with such vices as these. From this time forth you shall be as my own begotten son.”

Thereupon the elder gives him a new name and calls him a son. Then the poor son, though he rejoices at this happening, still thinks of himself as a humble hireling. For this reason, during twenty years he continues to be employed in scavenging. After this period, there grows mutual confidence between them, and he goes in and out and at his ease, though his abode is still in a small hut.

Then the elder becomes ill and, knowing that he will die before long, says to the poor son, “Now I possess abundance of gold, silver, and precious things, and my granaries and treasuries are full to overflowing. The quantities of these things, and the amounts, which should be received and given, I want you to understand in detail. Such is my mind, and you must agree to this my wish. Wherefore? Because now I and you are of the same mind. Be increasingly careful so that there be no waste.”

The poor man accepts his instruction and commands, and becomes acquainted with all the goods... but has no idea of expecting to inherit as much as a meal, while his abode is still the original place and he is yet unable to abandon his sense of inferiority.

After a short time has again passed, the father notices that his son’s ideas have gradually been enlarged, his aspirations developed, and that he despises his previous state of mind. On seeing that his own end is approaching, he commands his son to come, and gathers together his relatives, and the kings, ministers, warriors, and citizens. When they are all assembled, he addresses them saying, “Now, gentlemen, this is my son, begotten by me. It is over fifty years since, from a certain city, he left me and ran away to endure loneliness and misery. His former name was so-and-so and my name was so-and-so. At that time in that city I sought him sorrowfully. Suddenly in this place I met and regained him. This is really my son and I am really his father. Now all the wealth which I possess belongs entirely to my son, and all my previous disbursements and receipts are known by this son.”

When the poor son heard these words of his father, great was his joy at such unexpected news, and thus he thought, “Without any mind for, or effort on my part, these treasures now come of themselves to me.”

World-honored One! The very rich elder is the Tathagata, and we are all as the Buddha’s sons. The Buddha has always declared that we are his sons. But because of the three sufferings, in the midst of births-and-deaths we have borne all kinds of torments, being deluded and ignorant and enjoying our attachment to trifles. Today the World-honored One has caused us to ponder over and remove the dirt of all diverting discussions of inferior things. In these we have hitherto been diligent to make progress and have got, as it were, a day’s pay for our effort to reach Nirvana. Obtaining this, we greatly rejoiced and were contented, saying to ourselves, “For our diligence and progress in the Buddha-law what we have received is ample”... The Buddha, knowing that our minds delighted in inferior things, by his tactfulness taught according to our capacity, but still we did not perceive that we are really Buddha’s sons... Therefore we say that though we had no mind to hope or expect it, yet now the Great Treasure of the King of the Law has of itself come to us, and such things that Buddha-sons should obtain, we have all obtained.*

* In the Buddhist Parable of the Prodigal Son, the rich elder represents the Buddha and the son is the ordinary person. The Buddha 
cannot show his grace directly, so in compassion he resorts to an expedient in order to reach his low-minded son. God has resorted to similar expedients to raise up fallen human beings, who began very distant from Him, to recognize their status first as servants of God, and ultimately as God’s own sons and daughters.

Lotus Sutra 4: Parable of the Prodigal Son (Buddhism)

2. La grâce du fils prodigue

Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : « Père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir. » Et le père leur partagea son avoir. Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout réalisé, partit pour un pays lointain et il y dilapida son bien dans une vie de désordre. Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans l’indigence. Il alla se mettre au service d’un des citoyens de ce pays qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre des gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui en donnait. Rentrant alors en lui-même, il se dit :» combien d’ouvriers de mon père ont du pain de reste, tandis que moi, ici, je meurs de faim !" Je vais aller vers mon père et je lui dirai :"Père, j’ai péché envers le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d’être appelé ton fils. Traite-moi comme un de tes ouvriers." Il alla vers son père. Comme il était encoreloin, son père l’aperçut et fut pris de pitié : il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Le fils lui dit :"Père, j’ai péché envers le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d’être appelé ton fils... " Mais le père dit à ses serviteurs :"Vite, apportez la plus belle robe, et habillez-le ; mettez-lui un anneau au doigt, des sandales aux pieds. Amenez le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé." Et ils se mirent à festoyer. Son fils aîné était aux champs. Quand, à son retour, il approcha de la maison, il entendit de la musique et des danses. Appelant un des serviteurs, il lui demanda ce que c’était. Celui-ci lui dit :» c’est ton frère qui est arrivé, et ton père a tué le veau gras parce qu’il l’a vu revenir en bonne santé." Alors il se mit en colère et il ne voulait pas entrer. Son père sortit pour l’en prier ; mais il répliqua à son père :"Voilà tant d’années que je te sers sans avoir jamais désobéi à tes ordres ; et, à moi, tu n’as jamais donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. Mais quand ton fils que voici est arrivé, lui qui a mangé ton avoir avec des filles, tu as tué le veau gras pour lui !" Alors le père lui dit :"Mon enfant, toi, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Mais il fallait festoyer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et il est vivant, il était perdu et il est retrouvé."3

3La parabole du fils prodigue parle non seulement de la grâce et du pardon de Dieu (représentée par le père), mais aussi de l'éthique selon laquelle la justice doit être accompagnée du pardon et de la compassion pour les pécheurs (représentée par l'avertissement du père au frère aîné).

Christianisme. Luc 15.11-32 : Parabole du Fils Prodigue

 

C’est comme si un homme, ô Bhagavat, venait à s’éloigner de la présence de son père, et que, s’en étant éloigné, il allât dans une autre partie du pays… Qu’il passe là beaucoup d’années (loin de son père), vingt, trente, quarante ou cinquante ans. Que le père devienne un grand personnage, et que le fils, au contraire, soit pauvre, parcourant le pays pour chercher sa subsistance… Que son père se soit aussi retiré dans une autre province ; qu’il soit possesseur de beaucoup de richesses, de grains, d’or, de trésors, de greniers et de maisons...

Qu’ensuite, ô Bhagavat, l’homme pauvre parcourant, pour trouver de la nourriture et des vêtements, les villages, les bourgs, les villes, les provinces, les royaumes, les résidences royales, arrive de proche en proche à la ville où habite son père... Que cependant, ô Bhagavat, le père de ce pauvre homme ... pense sans cesse à ce fils qu’il a perdu depuis cinquante ans, et qu’y pensant ainsi, il n’en parle à personne, au contraire, qu’il se désole seul en lui-même, et qu’il réfléchisse ainsi : « Je suis âgé, vieux, cassé ; j’ai beaucoup d’or, de Suvarnas, de richesses, de grains, de trésors, de greniers, de maisons, et je n’ai pas un seul fils ! Puisse la mort ne pas me surprendre dans cet état ! Toute cette fortune périrait faute de quelqu’un qui en pût jouir .. Ah ! Certes je serais au comble du bonheur, si mon fils pouvait jouir de cette masse de richesses. »

Qu’ensuite, ô Bhagavat, le pauvre homme cherchant de la nourriture et des vêtements, arrive de proche en proche jusqu’à la maison de l’homme riche… Que le pauvre homme, ô Bhagavat, voie son propre père assis à la porte de sa maison, au milieu de cette appareil de grandeur, environné d’une foule de gens, occupé aux affaires d’un maître de maison ; et qu’après l’avoir vu, effrayé alors, agité, troublé, frissonnant, sentant ses poils se hérisser sur tout son corps, hors de lui, il réfléchisse ainsi : Sans contredit, le personnage que je viens de rencontrer est ou le roi, ou le ministre du roi. Je n’ai rien à faire ici ; allons-nous-en donc. Là où est le chemin des pauvres, c’est là que j’obtiendrai des vêtements et de la nourriture sans beaucoup de peine. J’ai tardé assez longtemps ; puissé-je ne pas être arrêté ici et mis en prison, ou puissé-je ne pas encourir quelque autre disgrâce !... »

Qu’en ce moment l’homme riche, assis à la porte de sa maison sur un trône, reconnaisse à la première vue son propre fils, et que l’ayant vu, il soit satisfait, content, ravi, plein de joie, de satisfaction et de plaisir, et qu’il fasse cette : « Chose merveilleuse ! Le voilà donc trouvé celui qui doit jouir de cette grande fortune en or, en Suvarnas, en richesses, en grains, en trésors, en greniers et en maisons ; j’étais sans cesse occupé à songer à lui : le voici qui arrive de lui-même, et moi je suis âgé, vieux, cassé. »

Qu’ensuite cet homme, ô Bhagavat, tourmenté par le désir de voir son fils, envoie en ce moment, en cet instant même, à sa poursuite des coureurs rapides : Allez, mes amis, amenez-moi bien vite cet homme. Qu’alors ces hommes partent tous rapidement, et atteignent le pauvre ; qu’en ce moment le pauvre effrayé, agité, troublé, frissonnant, sentant ses poils se hérisser sur tout son corps, hors de lui, pousse un cri d’effroi ; qu’il se désole, qu’il s’écrie : « Je ne vous ai fait aucun tort. » Que les hommes entraînent de force le pauvre, malgré ses cris. Qu’ensuite le pauvre, effrayé... fasse cette réflexion : « Puissé-je ne pas être puni comme un criminel, puissé-je ne pas être battu ! Je suis perdu certainement. Que se trouvant mal, il tombe par terre privé de connaissance. » Que son père soit à ses côtés, et qu’il s’adresse ainsi à ses domestiques : Ne tirez pas ainsi cet homme ; et que lui ayant jeté de l’eau froide (au visage), il n’en dise pas davantage. Pourquoi cela ? C’est que le maître de maison connaît l’état des inclinations misérables de ce pauvre homme, et qu’il connaît la position élevée qu’il occupe lui-même et qu’il pense ainsi : « C’est bien là mon fils... »

Que l’homme ayant promis d’obéir à son maître, se rende à l’endroit où est le pauvre homme, et qu’y étant arrivé, il lui dise : « Va-t’en où tu voudras, pauvre homme ; tu es libre. » Qu’ensuite le pauvre entendant cette parole, soit frappé d’étonnement et de surprise. Que s’étant levé, il quitte cet endroit pour se rendre sur le chemin des pauvres, afin d’y chercher de la nourriture et des vêtements. Qu’ensuite le maître de maison, pour attirer le pauvre, fasse usage d’un moyen adroit. Qu’il emploie pour cela deux hommes d’une classe inférieure, grossiers et de basse extraction : « Allez tous les deux vers ce pauvre homme qui est arrivé ici ; engagez-le sur ma promesse, pour un double salaire par jour, à venir servir ici dans ma maison » ... Qu’alors ces hommes s’étant mis à la recherche du pauvre, l’emploient à cet ouvrage ; qu’en conséquence, les deux hommes avec le pauvre, recevant leur salaire de la main de l’homme riche, nettoient dans sa maison l’endroit où l’on jette les ordures ..

Qu’ensuite le maître de maison étant descendu de son logement, s’étant dépouillé de ses parures et des guirlandes, ayant quitté ses vêtements beaux et doux pour en revêtir de sales, prenant de la main droite un panier, couvrant ses membres de poussière, criant de loin, se rende dans l’endroit où est le pauvre, et qu’y étant arrivé, il parle ainsi : « Portez ces paniers, ne vous arrêtez pas, enlevez la poussière » ; et que par ce moyen il adresse la parole à son fils, qu’il s’entretienne avec lui et qu’il lui dise : « Fais ici ce service, ô homme ; tu n’iras plus nulle part ailleurs, je te donnerai un salaire suffisant pour ta subsistance. Les choses dont tu auras besoin, demande-les moi avec confiance, qu’elles vaillent un Kunda, un Kundikâ, un Sthâlika, un Kâchtha ; que ce soit du sel, des aliments, un vêtement pour le haut du corps. J’ai un vieux vêtement, ô homme ; si tu en as besoin, demande-le moi, je te le donnerai. Tout ce dont tu auras besoin ici en fait de meubles, je te les donnerai. Sois heureux, ô homme ; regarde-moi comme ton propre père. Pourquoi cela ? C’est que je suis vieux et que tu es jeune, et que tu as fait pour moi beaucoup d’ouvrage, en nettoyant l’endroit où l’on jette les ordures, et qu’en faisant ton ouvrage tu n’as donné aucune preuve de mensonge, de fausseté, de méchanceté, d’orgueil, d’égoïsme, d’ingratitude ; je ne reconnais absolument en toi, ô homme, aucune des fautes que je remarque dans les autres domestiques qui sont à mon service. Tu es maintenant à mes yeux comme si tu étais mon propre fils chéri. »

Qu’ensuite, ô Bhagavat, le maître de maison appelle ainsi ce pauvre homme : Ô mon fils ! Et que le pauvre homme reconnaisse son père dans le maître de maison qui est en face de lui. Que de cette manière, ô Bhagavat, le maître de maison, altéré du désir de voir son fils, lui fasse nettoyer pendant vingt ans l’endroit où l’on jette les ordures. Qu’au bout de ces vingt ans, le pauvre homme ait acquis assez de confiance pour aller et venir dans la maison du riche, mais qu’il demeure dans sa hutte de chaume. Qu’ensuite, ô Bhagavat, le maître de maison sente qu’il s’affaiblit ; qu’il reconnaisse que le moment de sa fin approche, qu’il parle ainsi au pauvre homme : « Approche, ô homme ; cette grande fortune en or, en Suvarnas, en richesses, en grains, en trésors, en greniers, en maisons m’appartient. Je me sens extrêmement faible ; je désire quelqu’un à qui la donner, qui puisse l’accepter, dans les mains de qui je puisse la déposer. Accepte donc tout. Pourquoi cela ? C’est que, de même que je suis maître de cette fortune, ainsi tu l’es toi-même aussi. Puisses-tu ne laisser rien perdre de mon bien ! » Que de cette manière, ô Bhagavat, le pauvre homme se trouve propriétaire de la grande fortune du maître de maison, composée d’or… et qu’il ne ressente pas le moindre désir pour ce bien ; qu’il n’en demande absolument rien, par même la valeur d’un Prastha de farine ; que même alors il continue à rester dans sa hutte de chaume, en conservant toujours ses pensées de pauvreté.

Qu’ensuite, ô Bhagavat, le maître de maison voyant que son fils est devenu capable de conserver (son bien), qu’il est parfaitement mûr, et que son esprit est suffisamment fait, voyant qu’à la pensée de sa grandeur il était effrayé, qu’il rougissait, qu’il se blâmait de sa pauvreté première ; que le père, dis-je, au moment de sa mort, ayant fait venir ce pauvre homme après avoir convoqué un grand nombre de ses parents, s’exprime ainsi en présence du roi ou du ministre du roi, et devant les habitants de la province ou du village : « Écoutez tous : cet homme est mon fils chéri ; c’est moi qui l’ai engendré. Voilà cinquante ans passés qu’il a disparu de telle ville ; il se nomme un tel, et moi j’ai tel nom. Après avoir quitté cette ville pour me mettre à sa recherche, je suis venu ici. Cet homme est mon fils ; et je suis son père. Toutes les richesses que je possède, je les abandonne en entier à cet homme ; et tout ce que j’ai de fortune qui m’appartient en propre, tout cela est à lui seul. » Qu’alors, ô Bhagavat, ce pauvre homme entendant en ce moment ces paroles, soit frappé d’étonnement et de surprise, et qu’il fasse cette réflexion : « Me voilà tout d’un coup possesseur de tout cet or, de ces Suvarnas, de ces richesses, de ces grains, de ces trésors, de ces greniers, de ces maisons ! » … C’est pourquoi Bhagavat nous a fait réfléchir à un grand nombre de lois inférieures semblables à l’endroit où l’on jette les ordures. Nous nous sommes appliqués à ces lois ; nous y avons travaillé, nous nous y sommes exercés, cherchant en quelque sorte, ô Bhagavat, pour salaire de notre journée le seul Nirvanâ ; aussi sommes-nous satisfaits, ô Bhagavat, d’avoir obtenu ce Nirvâna ; et nous faisons cette réflexion : « Nous avons acquis beaucoup pour nous êtres appliqués à ces lois en présence du Tathâgata, pour y avoir travaillé, pour nous y être exercés. »

Et le Tathâgata connaît nos misérables inclinations… grâce à son habileté dans l’emploi des moyens, Bhagavat nous établit les héritiers du trésor de la science du Tathâgata. Et nous, nous vivons dans la science du Tathâgata, et nous ne sentons pas, ô Bhagavat, la moindre espérance au sujet de ce bien...

C’est de cette manière, ô Bhagavat, que nous disons : Nous venons tout d’un coup d’obtenir, sans l’avoir espéré, le joyau de l’omniscience, joyau non désiré, non poursuivi, non recherché, non attendu, non demandé, et cela en tant que fils du Tathâgata. 4

4 Dans la parabole bouddhiste du fils prodigue, le riche ancien représente le Bouddha et le fils est la personne ordinaire. Le Bouddha ne peut pas montrer sa grâce directement, donc dans la compassion, il recourt à un expédient pour atteindre son fils humble. Dieu a recouru à des expédients similaires pour élever des êtres humains déchus, qui ont commencé très loin de Lui, pour reconnaître leur statut d'abord en tant que serviteurs de Dieu, et finalement en tant que propres fils et filles de Dieu.

Bouddhisme. Sûtra du Lotus de la Bonne Loi : Parabole du Fils Prodigue

Teachings of Sun Myung Moon

Parents suffer deeply if their child commits a crime. If he is sent to jail, the parents would not say, “You deserve it!” Instead, they would forgive their child, sympathize with him and shed tears of compassion. Such is parental love. If their child were sentenced to death, the parents—especially the mothers—would wail. They would desperately search for some way to save their child’s life, even up until the last minute at the execution site. They would gladly trade their own life for his. That is the precious unchanging love of a parent. If the heart of human parents moves in this way towards their children, then do you think that God, the Parent of humankind, would do any less? Never! God’s love is far greater than human love. Surely the love of God surpasses the love of any earthly parent. (91:148, February 6, 1977)

 

 

God has been toiling to recover humankind, even though we deserve to die thousands of times in the realm of death. Never forget that when God comes to us in the realm of death, He bring us something more precious than anything in the world. Understand that when He saves us from the realm of death, He does so with anguish and a worried heart. To claim us from the realm of death, God is willing to sacrifice everything. (6:115-16, April 12, 1959)

 

 

No matter what happens in the human world, God is patient because He is who He is. He sees many tragic and heart-breaking things, yet He remains calm and composed, never losing His dignity. If God were to open His mouth and express His suffering, He could pour out tragic stories for millions of years, weeping all the while. Would God weep out of self-pity? No, God weeps only for humankind, His children. (124:60, 830123)

 

 

 

God is our Parent; that is why He loves us although He is high above us. We can draw an analogy to the parents of a disabled child, whose disability is so severe that he cannot recognize their love. The parents feel miserable, yet they cannot help but love their child. Even though their child is unable to appreciate even one one-hundredth of their love, and it grieves the parents to face that, they nevertheless love their child, giving all the time. They yearn to give love one hundred times more, and when they see that their child is unable to appreciate any of it, they experience grief and frustration one hundred times more. Parents yearn to love a child who can fully unite with their love, but parents of a child who cannot relate to their love experience only pain and sorrow. Truly there is no greater heartbreak... Now, can you imagine if it were not a matter of only one child’s lifetime, but forever? That is God’s miserable and heartbreaking situation, trying to love human beings...

Where is the supreme relationship between Heaven and human beings, linking their deepest hearts? No matter how high we climb and search, since God is the Parent, we humans must seek the position of God’s children. Hence in Christianity, God is called Father and we are called God’s children.

What is the standard of that parent-child relationship? Is it below or above the line of the Human Fall? It cannot be below it. The standard should be above the level of the Fall. Even among fallen people today, whose love is below the line of the Fall, the parent-child relationship suffers when children are not dutiful. Imagine, then, how miserable it would be for parents who had never fallen. When we think about the difficult relationships between parents and children around us, we can fathom something of God’s situation. God surely intended to love His children with a love above the line of the Fall. How strong would that love be? Yet since no one has ever stood above the line of the Fall, nobody knows. (62:20, September 10, 1972)

 

 

 

 

 

 

 

Heavenly Father has been searching for His lost children for six thousand biblical years, while enduring suffering upon suffering. However, if the children whom He finally found were weak and pathetic, how would He feel? It is conceivable that God might lament, “It would have been better had I not found them.” Are you confident that you are not children like that? (Blessing and Ideal Family 7.4.1)

 

Allow us to feel Thy merciful touch, 
the touch of our Father who seeks us,
 carrying the burden of providence for 6,000 years.
 Still, Thou hast not cast us aside,
 although we are foolish and inadequate. (3:258-59, January 12, 1958)

 

Enseignements de Sun Myung Moon

Les parents souffrent énormément si leur enfant commet un crime. S’il est emprisonné, les parents ne disent pas : « tu l’as bien mérité ! » Au contraire, ils pardonneront à leur enfant, sympathisant avec lui, ils verseront des larmes de compassion. Tel est l’amour parental. Si leur enfant est condamné à mort, les parents et particulièrement les mères gémiront de douleur. Les parents chercheront désespérément un moyen de sauver la vie de leur enfant. Jusqu’à la dernière minute, ils se rendront sur le lieu d’exécution pour tenter de le sauver. Ils négocieraient volontiers leur propre vie pour la sienne. Tel est l’amour immuable d’un parent.

Si le cœur des parents humains s’apitoie ainsi envers leurs enfants, pensez-vous que Dieu, le Parent de l’humanité ferait moins que cela ? Jamais ! l’amour de Dieu est de loin supérieur à l’amour humain. Il est certain que l’amour de Dieu dépasse l’amour de n’importe quel parent terrestre. (91.148, le 6 février 1977)

 

Dieu a dû œuvrer avec acharnement pour reconquérir l’humanité alors que nous méritions de disparaître des milliers de fois dans la sphère de la mort. N’oubliez jamais que lorsque Dieu vient à nous dans le royaume de la mort, Il nous apporte une chose plus précieuse que tout ce qui peut exister dans le monde. Comprenez que lorsqu’Il nous délivre de la sphère de la mort, Il le fait avec angoisse, le cœur plein d’inquiétude. Pour nous revendiquer de la sphère de la mort, Dieu est prêt à tout sacrifier. (6.115-116, le 12 avril 1959)

 

Quoi qu’il arrive dans le monde des humains, Dieu fait preuve de patience parce qu’Il est ce qu’Il est. Il constate des faits tragiques qui brisent le cœur, cependant Il demeure calme et serein, ne perdant jamais Sa dignité. Si Dieu devait exprimer Sa souffrance, Il pourrait déverser, tout en pleurant, des histoires déchirantes pendant des millions d’années. Dieu pleurerait-Il en s’apitoyant sur Lui-même ? Non, Dieu ne pleure que pour les êtres humains, Ses enfants. (124.60-83-01-23)

 

Dieu est notre Parent ; c’est pourquoi Il nous aime, bien qu’Il soit nettement au-dessus de nous. Nous pouvons avoir recours à l’analogie des parents d’un enfant infirme dont l’incapacité est si grave qu’il n’est pas en mesure de sentir leur amour. Les parents sont frustrés mais ils ne peuvent qu’aimer leur enfant. Bien que leur enfant soit incapable d’apprécier un centième de leur amour, ce qui chagrine ses parents, ils aiment néanmoins leur enfant et lui consacrent tout leur temps. Ils aspirent à donner leur amour cent fois plus, et quand bien même ils constatent que leur enfant n’est pas à même de l’apprécier, ils connaissent le chagrin et la frustration cent fois plus. Les parents désirent aimer un enfant qui puisse entièrement s’imprégner de leur amour, mais ceux qui ont un enfant incapable de vivre cela ne connaissent que la peine et le chagrin. A vrai dire, il n’existe pas de plus grande douleur…. Maintenant, pouvez-vous imaginer ce qu'il en serait, s'il ne s'agissait pas uniquement de toute la vie d’un enfant, mais d’une situation qui perdure à jamais ? telle est la situation misérable et douloureuse de Dieu qui essaye d’aimer les êtres humains….

Où trouver la relation suprême entre le Royaume de Dieu et les êtres humains, qui relie leurs sentiments profonds ? Aussi haut que nous puissions monter et quelle que soit notre recherche, étant donné que Dieu est le Parent, nous humains devons chercher à retrouver la position d’enfants de Dieu. C’est ainsi que dans le christianisme, Dieu est appelé Père et que nous sommes appelés enfants de Dieu.

Quel est la norme de la relation parent-enfant ? Se situe-t-elle au-dessous ou au-dessus de la ligne de démarcation de la chute ? Elle ne peut se situer au-dessous. La norme ne peut que se situer au-dessus du niveau de la chute.

Y compris parmi les personnes déchues aujourd’hui dont l’amour se trouve au-dessous du niveau de la chute, la relation parent-enfant souffre lorsque les enfants manquent de respect. Imaginez donc à quel point ce serait douloureux pour des parents qui n’auraient jamais chuté. Quand nous réfléchissons aux relations difficiles existant entre parents et enfants dans notre entourage, nous pouvons imaginer quelle peut-être la situation de Dieu.

Dieu, à n’en point douter, avait l’intention d’aimer Ses enfants d’un amour qui se situait au-dessus du niveau de la chute. Quelle puissance cet amour aurait-il revêtu ? Comme personne ne s’est jamais situé au-dessus du niveau de la chute, nul ne le sait. (62.20, le 10 septembre 1972)

 

Le Père Céleste est à la recherche de Ses enfants perdus depuis six mille années bibliques tout en endurant tant de souffrances. Cependant, si les enfants qu’Il a finalement trouvés étaient fragiles et pathétiques, qu’éprouverait-Il ? Il est concevable que Dieu se lamente en ces termes : « Il aurait mieux valu que je ne les retrouve pas ! » Êtes-vous persuadés de ne pas ressembler à ces enfants ? (La Famille bénie idéale 7.4.1)

 

Permets-nous de sentir Ta présence clémente,

La présence du Père à notre recherche,

Portant le fardeau de la providence depuis 6000 années.

Mais, Tu ne nous a pas rejetés

Bien que nous soyons insensés et incompétents. (3.258-59, le 12 janvier 1958)