Traitant le thème particulier des larmes de Dieu, les participants se sont penchés sur les textes du Judaïsme avec le Rabin Kevin De-Carli, encore en service à l'armée en relation avec le Covid-19. Très peu de textes relatent les larmes de Dieu et le désir humain de les partager. Par sa piété filiale, Sun Myung Moon a versé lui-même des torrents de larmes tandis qu'il ressentait le coeur du Parent céleste.

3. Sharing God’s Tears

My grief is beyond healing,
my heart is sick within me.
Hark, the cry of the daughter of my people from the length and breadth of the land: “Is the lord not in Zion?
Is her King not in her?”

Why have they provoked me to anger with their graven images, and with their foreign idols?

“The harvest is past, the summer is ended, and we are not saved.”

For the wound of the daughter of my people is my heart wounded,

I mourn, and dismay has taken hold on me.
Is there no balm in Gilead?
Is there no physician there?
Why then has the health of the daughter of my

people not been restored?
O that my head were waters,
and my eyes a fountain of tears,
that I might weep day and night
for the slain of the daughter of my people!*

*The prophet Jeremiah laments heartsick over his people’s suffering, ignorance, and unbelief. At the same time, the prophet speaks representing God and expressing the divine pathos.

Jeremiah 8.18-9.1

 

Let not those who hope in thee be put to shame through me, O Lord god of hosts;
let not those who seek thee be brought to dishonor through me,
O God of Israel.
For it is for thy sake that I have borne reproach,
that shame has covered my face. I have become a stranger to my brethren,
an alien to my mother’s sons.
For zeal for thy house has consumed me,
and the insults of those who insult thee have fallen on me.

Psalm 69.6-9

 

Do not pray for a thing that you lack, for your prayer will not be accepted. Rather when you wish to pray, pray for the heaviness that is in the Head of the world. For the want of the thing that you lack is [a want] in the indwelling Glory. For man is a part of God, and the want that is in the part is in the whole, and the whole suffers the same want as the part. Therefore let your prayer be directed to the want of the whole.

Pray continually for God’s glory that it may be redeemed from its exile.

Israel Baal Shem Tov* (Judaism)

* The Baal Shem Tov, a title, which means “Master of the Good Name,” was the founder of the Hasidic movement.

 

3. Partageons les larmes de Dieu

Mon affliction est sans remède, tout mon être est défaillant. On entend les appels désespérés de mon peuple depuis une terre lointaine.

Dans Sion n’y a-t-il pas le Seigneur ? Son roi n’y est-il pas?

« Pourquoi m’offensent-ils avec leurs idoles, avec ces absurdités qui viennent d’ailleurs ? » La moisson est finie,

l’été a passé et, pour nous, toujours pas de salut ! À cause du désastre de mon peuple, je suis brisé. Je suis dans le noir : la désolation me saisit! N’y a-t-il pas de baume en Galaad, pas de médecin là-bas? Pourquoi ne voit-on pas poindre la convalescence de mon peuple ? Qui changera ma tête en fontaine, mes yeux en source de larmes pour pleurer jour et nuit les victimes de mon peuple ? »*

*Le prophète Jérémie déplore de tout cœur de la souffrance, de l’ignorance et de l’incrédulité de son peuple. En même temps, il parle représentant Dieu et exprimant le pathos divin.

Judaïsme & christianisme. Jérémie 8.18-23

 

Dieu, tu connais ma sottise, et mes fautes ne te sont pas cachées. Seigneur Dieu tout-puissant, que je ne sois pas la honte de ceux qui espèrent en toi, ni le déshonneur de ceux qui te cherchent, Dieu d’Israël ! C’est à cause de toi que je supporte l’insulte, que le déshonneur couvre mon visage, et que je suis un étranger pour mes frères, un inconnu pour les fils de ma mère. Oui, le zèle pour ta maison m’a dévoré ; ils t’insultent, et leurs insultes retombent sur moi.

Judaïsme & christianisme. Psaumes 69.6-10

 

Ne priez pas pour une chose qui vous manque, car votre prière ne sera pas acceptée.

Quand vous voulez prier, priez plutôt pour la lourdeur qui est dans la tête du monde. Car le manque de la chose qui vous manque est un manque dans la Gloire intérieure.

Car l'homme est une partie de Dieu, et le manque qui est dans la partie est dans le tout, et le tout souffre du même manque que la partie. Que votre prière soit donc dirigée vers le manque du tout. Priez continuellement pour la gloire de Dieu afin qu'il soit racheté de son exil.

Judaïsme. Israël Baal Shem Tov *

* Le Baal Shem Tov, un titre qui signifie «Maître du Bon Nom», a été le fondateur du mouvement hassidique.

Teachings of Sun Myung Moon

People who experience the heart of God in their lives cannot come before God without shedding tears, no matter where they are. They know the original Will of God and struggle to become His sons and daughters. If you are among them, sharing God’s Will and desire, He will visit you and weep with you.

Where are the roots of God’s grief? They are inside us. They are inside our nation, this world and all things of creation. We must carry on a movement to eradicate them and restore God’s joy. For us, the center of our life of faith should be to experience God’s grief. (4:60, March 2, 1958)

 

Is God deserving of pity? Many people would question why the all-knowing and almighty God needs to be pitied. Still, regardless of how all-knowing and almighty He may be, nothing can relieve Him from the shock of losing His beloved children. If there had been a way for God to find relief from that shock by Himself, He would not have had to suffer through a six-thousand-year course of history. (35:88, October 4, 1970)

 

God seeks people thirsting for faith and hope and burning with love, who say, “God is in shackles on account of humankind, including me; God was accused by Satan because of me; Jesus died on the cross for me; the Holy Spirit went through a bloody history of struggle on my behalf. God, please give me the strength. I will bring rest and liberation to the Father, to the Son, and to the Holy Spirit.” (7:162, August 30, 1959)

 

God our Parent cannot free Himself from lamentation until all people are free from lamentation. How can any parents be comfortable while their beloved children are in misery? This explains why we should liberate God, who exists in such a state.

How shall we liberate God? Since we live in a realm beset by restrictions, which also restrict God from loving all people, we are responsible to restore the realm of liberation where God can freely love all people. Since we were corrupted through the Fall, we must liberate God by becoming children who are victorious over the Fall. (65:100, November 13, 1972)

 

As long as God, the Center of the universe, is in anguish, human beings have no way to salvation. Who can lift away the suffering of God? Only someone who experiences the depth of God’s suffering in his own life and suffers even beyond that. If God were joyful and happy, then all beings immersed in suffering could hope to find a way to happiness. But how can salvation be possible while God, the center of the universe, is suffering? Therefore, at all cost, we must not let God remain in suffering.

There is no question that the fall of God’s children, Adam and Eve, was the pinnacle of God’s suffering. God is the Father of humankind and Adam and Eve were His first children. Their fall had a direct impact on God. The resulting separation caused God incredible pain—physically, mentally and emotionally. When they departed [from the Garden of Eden], God must have wept bitter tears. That pain in God’s body, mind and heart was the beginning of human suffering; it has continued through history...

However, Adam and Eve did not understand the seriousness of their sin. They might have felt some anguish in their minds and hearts because the left the bosom of God their Father, but they were unable to grasp the gravity of the pain and suffering they caused God. Ever since, God has had to relate to human beings who lack any perception of His suffering heart. For God, this is the ultimate agony.

How can you possibly experience God’s heart? By listening to a sermon like this you may feel it conceptually, but you still do not feel His sorrow down to your bones. Consider a woman who loses her parents, husband, and children, as well as all her possessions, in a tragic accident. How would she feel? Although during her lifetime in the fallen world she could see and experience many types of evil and sin, her pain and grief at losing her entire family would be unbearable. How much more shock and grief God must have felt, being completely pure and never having experienced any sin, suffering, or crime.

Today many people commit suicide. Do you think the despair that drives people to commit suicide can be compared to God’s despair at the moment Adam and Eve fell? No one but God is truly entitled to use the word ‘suffering’... We may experience tragedies in our life, yet as time passes the pain and grief will ease. However, God is a spiritual being. He has no concept of time. During one thousand years or even ten thousand years, the pain of the Human Fall has never left God’s mind and heart. Nevertheless, could God not simply cast His suffering out of His heart? More than omniscient and omnipotent, God is absolute in love. (94:34-36, June 26, 1977)

 

 

 

How many tears have you shed for God? Have you ever sought out a way to take on suffering and toil on behalf of God’s pain and toil, even though your own limbs might be torn off? You have not tried. In seeking to become God’s sons and daughters, you have to shed tears for the purpose of the whole. When you meet God, you should comfort Him with unending tears. Representing the original ancestors, you should say, “Father, I am Thy son (daughter). How great was Thy sorrow upon losing me! How many times throughout history until the present day hast Thou suffered humiliation, pain and extreme hardship from my descendants!”

The almighty, all-knowing God certainly has the authority to judge the entire world and even Satan. Yet God cries out in pain, knowing that even though He is capable of bringing judgment, He cannot destroy the world He toiled to create. Our hearts break when we think of God in this situation. God is not dwelling in a heavenly place. He stands lonely and desolate, accused by Satan, robbed of His foothold by the satanic world... How much have you wept in sympathy with God’s situation? The issue comes down to this. (51:111, November 18, 1971)

 

Father! Humankind knows not Thy sorrowful heart permeating the earth.
Humankind does not know Heaven’s sad tears soaking the footprints of human history; hence we are ignorant of Heaven’s endless lamentations encircling our minds and bodies. We confess that we are descendants of rebellion
who cannot establish our dignity before Heaven or be trusted by Heaven.
Father, no one on earth can stop Thy tears;
no one can hold and comfort Thee in Thy sorrow;
no one can protect Thee on Thy path.
Therefore, the grief on this earth is Heaven’s grief permeating the earth;
the sorrow on this earth is Heaven’s sorrow permeating the earth;
the frustration on this earth is Heaven’s frustration permeating the earth...

When in these last days we despair,
we turn towards Heaven and cry out, “O God, please help us!
“Father, please have compassion on humankind!”
Yet who in this age clings to Thy heart, sharing Thine anguish?
Who clings to Thy mind, weeping with Thee?
If there were such a person,
Thou wouldst call him Thy true son or Thy true daughter,
grasping him or her as Thine object partner on earth. (6:235-36, May 24, 1959)

 

Enseignements de Sun Myung Moon

Les personnes qui ont fait l’expérience du cœur de Dieu durant leur vie, où qu’elles soient, ne peuvent se présenter devant Dieu sans pleurer. Elles connaissent la volonté originelle de Dieu et s'efforcent de devenir Ses fils et Ses filles. Si vous en faites partie et partagez la volonté et le désir de Dieu, Il vous rendra visite et versera des larmes avec vous.

Où sont les racines du chagrin de Dieu ? Elles sont en nous. Elles sont dans notre nation, dans ce monde et dans toutes les choses de la création. Nous devons créer un mouvement pour les éradiquer et restaurer la joie de Dieu. En ce qui nous concerne, faire l’expérience du chagrin de Dieu doit être le cœur de notre vie de foi. (4.60, le 2 mars 1958)

 

Dieu mérite-t-il de la pitié ? Bien des gens se demandent pourquoi le Dieu omniscient et omnipotent devrait être pris en pitié. Pourtant, quelles que soient Son omniscience et Sa toute-puissance, rien ne peut Le délivrer du choc qu'Il a éprouvé en perdant Ses enfants bien-aimés. Si Dieu avait pu se libérer Lui-même de ce choc, Il n’aurait pas eu à souffrir pendant six mille ans d’histoire. (35.88, le 4 octobre 1970)

 

Tâchons d’être ceux que Dieu recherche depuis six mille ans et qui puissent dire : «C’est à cause de l’humanité que Dieu est enchaîné ; c’est aussi ma faute si Dieu est enchaîné. C’est ma faute si Satan accuse Dieu. C’est ma faute si Jésus est mort sur la croix. C’est ma faute si le Saint-Esprit a traversé une histoire sanglante de lutte. Oh Dieu, s’il Te plaît, donne-moi la force ! Je T’amènerai sur le lieu du sabbat et de la libération. Père, je ferai aussi venir Jésus et le Saint-Esprit en ce lieu de libération. » (7.162, le 30 août 1959)

 

Tant que tous ne seront pas affranchis du règne des lamentations, Dieu notre Parent n’en sera pas affranchi non plus. Aucun parent ne peut être à l’aise quand ses enfants bien-aimés vivent dans la crainte et les tracas. Dieu étant dans cette situation, nous devrions Le libérer.

Comment peut-on Le libérer ? Il est dans une prison où Il ne peut aimer librement tous les gens. Il doit être remis en liberté pour pouvoir aimer librement toute l’humanité. Cette responsabilité nous incombe. Ce problème fut causé par la chute ; aussi devons-nous libérer Dieu en devenant des enfants qui triomphent de la chute. (65.100, le 13 novembre 1972)

 

Tant que Dieu, le centre de l’univers, vit dans l’angoisse, les êtres humains n’ont aucune chance d’accéder au salut. Qui peut libérer Dieu de Sa souffrance ? C'est seulement celui qui a fait l’expérience de la profonde souffrance de Dieu dans sa propre vie, voire même une souffrance plus grande. Si Dieu était joyeux et heureux, alors tous les êtres humains plongés dans la souffrance pourraient eux-aussi, espérer atteindre le bonheur. Mais comment le bonheur serait-il possible, tant que Dieu, le centre de l’univers, souffre ? Nous devons, par conséquent et à n’importe quel prix, ne pas laisser Dieu demeurer dans la souffrance.

Il ne fait aucun doute que la chute des enfants de Dieu, Adam et Ève, constitua le sommet de la souffrance de Dieu. Dieu est le Père de l’humanité et Adam et Ève furent Ses premiers enfants. Leur chute eut un impact direct sur Dieu. La rupture qui en a résulté, a causé une peine incroyable à Dieu, physiquement, mentalement et émotionnellement. Lorsqu’ils quittèrent le jardin d’Éden, Dieu dût verser des larmes amères. La douleur ressentie dans le corps, l’âme et le cœur de Dieu fut le commencement de la souffrance humaine ; elle a perduré à travers l’histoire…

Cependant, Adam et Ève ne comprirent pas la gravité de leur péché. Ils éprouvèrent une certaine angoisse dans leur âme et dans leur cœur car ils durent quitter le sein de Dieu, leur Père. Mais ils furent incapables de mesurer la gravité de la peine et de la souffrance qu’ils Lui causèrent. Depuis, comme les êtres humains ne percevaient pas la souffrance de Son cœur, Dieu a dû initier un nouveau type de relation avec eux. Pour Dieu, c'est la douleur suprême.

Comment faire l’expérience du cœur de Dieu ? En écoutant un sermon comme celui-ci, vous pouvez en imaginer le concept mais vous ne ressentez pas encore Sa souffrance au plus profond de votre être. Imaginez une femme qui, dans un accident tragique, perd ses parents, son mari, ses enfants ainsi que tout ce qu’elle possède. Que ressentirait-elle ? Quand bien même, au cours de sa vie, elle aurait vécu toutes sortes de maux et de péchés, sa douleur et son chagrin liés à la perte de toute sa famille lui serait insupportable. Combien plus insupportables ont été la dureté du choc et la douleur que Dieu a éprouvées, Lui qui est complètement pur, qui ne connait ni le péché, ni la souffrance, ni le crime. Aujourd’hui, beaucoup de gens se suicident. Pensez-vous que le désespoir qui conduit les gens au suicide peut être comparé au désespoir de Dieu provoqué par la chute d’Adam et Ève ? Personne d'autre que Dieu n'a la légitimité d'utiliser le mot « souffrance » …Nous pouvons être confrontés à des tragédies au cours de notre vie, mais avec le temps, la douleur et le chagrin s’atténuent. Néanmoins, Dieu est un Être spirituel. Il n’a pas le concept du temps. Que ce soit durant mille années ou des dizaines de milliers d’années, la douleur de la chute n’a jamais quitté l’esprit et le cœur de Dieu. Cependant, Dieu ne pourrait-Il pas simplement, éliminer Lui-même la souffrance de Son cœur ? Bien plus qu'omniscient et omnipotent, Dieu est absolu en amour. (94.34-26, le 26 juin 1977)

 

Combien de larmes avez-vous versées pour Dieu ? Avez-vous jamais lutté pour percer un chemin où vous iriez jusqu’à vous rompre les os à force de peiner et souffrir en Son nom ? C’est peu probable. Quiconque cherche à devenir enfant de Dieu se doit d’avoir des larmes à des fins publiques. Au moment de rencontrer Dieu, sachez Le réconforter. Les larmes doivent couler sans fin sur votre visage quand vous dites : « Père, Tu as eu tant de peine de me perdre et de perdre les premiers ancêtres humains ! Combien de fois dans l’histoire leurs descendants, dont moi-même, T’ont-ils infligé l’humiliation, la douleur et une extrême souffrance ! »

Le Dieu tout-puissant, omniscient a certainement l’autorité de juger le monde entier y compris Satan. Pourtant, Dieu clame Sa douleur. Même s'Il peut juger le monde entier, Il ne peut pas le détruire car Il a tant œuvré à le créer. Nos cœurs sont brisés en pensant que Dieu est dans une telle situation. Dieu ne réside pas dans un lieu céleste. Il reste solitaire et affligé, accusé par Satan, privé de toute demeure dans le monde satanique…. Combien de larmes avez-vous versées en empathie avec la situation dans laquelle Dieu se trouve ? Tout se résume à cela. (51.111, le 18 novembre 1971)

 

Père ! l’humanité ne sait pas combien la terre est imprégnée de Ton cœur meurtri. L’humanité ne sait pas que les larmes de tristesse du Ciel ont laissé leurs empreintes dans l’histoire humaine ; voilà pourquoi nous ignorons que les lamentations incessantes du Ciel enferment nos esprits et nos corps. Nous confessons être les descendants de la rébellion, incapables d’édifier notre dignité devant le Ciel, d'en mériter la confiance. Père ! Nul être sur la terre ne peut arrêter Tes larmes ; nul être ne peut Te réconforter du chagrin que Tu éprouves ; nul être ne peut Te protéger sur Ton chemin. Ainsi, le chagrin sur cette terre est le chagrin du Ciel qui imprègne la terre ; la peine sur cette terre est la peine du Ciel qui baigne la terre ; la frustration sur cette terre est la frustration du Ciel qui envahit la terre…. Lorsqu’en ces derniers jours, nous désespérons, Nous nous tournons vers le Ciel et supplions : « O Dieu, nous T’en prions, aide-nous !  Père, aie de la compassion pour l’humanité ! » Mais qui, à notre époque, est concerné par Ton cœur et partage Ton angoisse ? Qui est concerné par Ton esprit et pleure avec Toi ? Si une telle personne existait, Tu l’appellerais Ton vrai Fils ou Ta vraie Fille, Et Tu Te saisirais de lui ou d’elle comme de Ton ou de Ta partenaire-objet sur la terre. (6.235-36, le 24 mai 1959)

 

 

UPF VIDEO (sous-titres F/Untertitel D/sottotitoli I)

Formation des Ambassadeurs de paix

Agenda

October 2021
S M T W T F S
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
Go to top
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com